Le Conseil de sécurité préoccupé par la fragilité du processus de démocratisation en Guinée-Bissau

18 juin 2004

Le Conseil de sécurité s'est déclaré préoccupé, vendredi, par la fragilité du processus de démocratisation en Guinée-Bissau, laquelle « tient essentiellement aux graves problèmes structurels du pays, notamment à la faiblesse de l'appareil de l'État et à la persistance de la crise économique et sociale ».

Le Conseil est également « préoccupé par la situation de l'armée, qui laisse à désirer, et en particulier par le non-versement des arriérés de traitement, qui continue d'être considéré comme un facteur potentiellement déstabilisateur », a souligné, dans une déclaration, le Président du Conseil de sécurité, le Philippin Lauro L. Baja.

Le Conseil de sécurité, qui, lors de consultations privées, a entendu vendredi le rapport sur la situation en Guinée-Bissau dressé par le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, Tuliameni Kalomoh, « se félicite de l'engagement pris par le Gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour résoudre la question des arriérés de traitement et réorganiser les forces armées nationales » et « invite la communauté internationale à appuyer pleinement ces efforts ».

Il se félicite en outre « des progrès que les autorités nationales ont accomplis dans la voie du rétablissement de l'ordre constitutionnel, conformément aux dispositions et au calendrier de la charte de transition, et en particulier de l'installation d'une nouvelle assemblée nationale populaire et d'un nouveau gouvernement ». « Ainsi se trouve achevée la première phase du processus de transition devant se terminer par la tenue d'élections présidentielles en mars 2005, et sont créées les conditions propices pour que la communauté internationale accorde une confiance et un soutien accrus au pays. »

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.