Aller au contenu principal

Le Secrétaire général annonce une prochaine visite au Soudan

Le Secrétaire général annonce une prochaine visite au Soudan

Kofi Annan
Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a annoncé, jeudi à New York, qu'il se rendrait prochainement au Soudan, qui connaît une « situation humanitaire tragique ».

« Nous connaissons une situation très difficile au Soudan, dans la région du Darfour », a déclaré Kofi Annan, lors d'un point avec la presse à son arrivée au siège de l'ONU. « C'est une situation humanitaire tragique. »

« Vous connaissez les chiffres : près d'un million de personnes déplacées et plus de 100 000 réfugiés au Tchad », a-t-il ajouté. « Nous nous empressons d'apporter autant de fournitures que possible sur le terrain avant que les pluies n'arrivent. »

Répondant aux questions des journalistes, le Secrétaire général a souligné qu'il ne disposait pas « à ce stade » d'informations lui permettant d'évoquer un génocide ou un nettoyage ethnique au Soudan. « Il existe des violations à grande échelle des droits de l'homme, mais je ne peux pas encore les qualifier de génocide ou de nettoyage ethnique », a-t-il affirmé.

Interrogé sur une éventuelle complicité du Gouvernement soudanais avec les crimes commis, Kofi Annan a affirmé qu'il avait récemment, à Sao Paulo, au Brésil, lors de la Conférence de la CNUCED, soulevé la question avec les autorités soudanaises qui niaient toute complicité. « Je n'ai pas de preuve spécifique », a-t-il précisé, « mais toutes les informations indiquent qu'ils peuvent faire quelque chose à propos des « Djandjawids », ces milices arabes qui commettent meurtres, enlèvements, viols en bandes, pillages, incendies de villages et vols de troupeaux. « Nous avons aussi demandé au Gouvernement soudanais de prendre des mesures pour maîtriser les milices « Djandjawids » qui sont responsables d'une grande partie des massacres et des perturbations de la vie des populations de la région », a-t-il dit.

Le Secrétaire général a estimé que le Gouvernement du Soudan avait « la responsabilité de protéger la population ». « Il nous faut l'encourager. S'il n'est pas capable de la protéger, la communauté internationale devrait l'assister », et le Gouvernement « devrait être disposé à l'accepter », a-t-il poursuivi.

« Nous avons aussi exercé des pressions sur le Gouvernement soudanais afin qu'il permette aux travailleurs humanitaires, au personnel de l'ONU et des organisations non gouvernementales humanitaires de bénéficier d'un libre accès au Darfour et de permettre aux fournitures et équipements d'y parvenir » a déclaré le Secrétaire général (en anglais), précisant que les choses s'étaient améliorées même s'il restait encore beaucoup à faire.

image

Vidéo de la conférence de presse

[14mins]

(en anglais)

---