Soudan : la Directrice de l'UNICEF lance un appel pour éviter un « désastre humanitaire »

Soudan : la Directrice de l'UNICEF lance un appel pour éviter un « désastre humanitaire »

Carol Bellamy en visite au Darfour
La Directrice générale de l'UNICEF, Carol Bellamy, a achevé mardi une visite de trois jours dans la région soudanaise du Darfour en appelant la communauté internationale à intensifier de façon urgente ses efforts pour éviter un "désastre humanitaire".

La Directrice générale de l'UNICEF, Carol Bellamy, a achevé mardi une visite de trois jours dans la région soudanaise du Darfour en appelant la communauté internationale à intensifier de façon urgente ses efforts pour éviter un "désastre humanitaire".

Mme Bellamy a également exhorté le gouvernement soudanais à lever tous les obstacles administratifs susceptibles de ralentir le travail des organisations humanitaires, a affirmé mardi le porte-parole des Nations Unies, lors de son point de presse quotidien.

Par ailleurs, le nombre des réfugiés soudanais relocalisés dans des camps sûrs de l'est du Tchad, à l'écart de la frontière, trop dangereuse pour eux, devrait atteindre les 100 000 à la fin de la semaine, a indiqué mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui précise que des centaines d'autres personnes continuent de fuir le Darfour en raison des attaques meurtrières perpétrées par des milices armées qui commettent meurtres, enlèvements, viols en bandes, pillages, incendies de villages et vols de troupeaux.

Environ 200 réfugiés arrivés au Tchad ces deux dernières semaines ont fait état d'attaques récentes contre leurs villages menées par les Djandjawids, ces milices arabes soutenues par le Gouvernement du Soudan, a déclaré la porte-parole du HCR, lors d'un point de presse à Genève.

Evoquant une crise humanitaire, les Nations Unies et les organisations humanitaires estiment à au moins un million le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du Darfour, dont beaucoup risquent de mourir de malnutrition ou de maladie.

Lundi, devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Jan Egeland, avait qualifé de « purification ethnique » la campagne lancée par les Djandjawids.

---