L'ONU condamne la tentative de coup d'Etat en RD du Congo

11 juin 2004

Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et la Mission d'observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) ont condamné, vendredi, la tentative de coup d'Etat, la nuit précédente à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et la Mission d'observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) ont condamné, vendredi, la tentative de coup d'Etat, la nuit précédente à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC) (carte).

« Kofi Annan réaffirme l'engagement des Nations Unies en faveur du processus de transition en République démocratique du Congo et de ses institutions et appelle toutes les parties à faire montre de cohésion et de détermination pour que réussisse la transition », souligne le porte-parole du Secrétaire général, dans un communiqué.

Le Secrétaire général « réaffirme que la MONUC et ses partenaires dans le système des Nations Unies se tiennent prêts à aider le Gouvernement d'union nationale de transition à réaliser ses objectifs tels que prévus par l'Accord global et inclusif, et exhorte tous les partenaires au sein du Gouvernement à travailler ensemble de manière coopérative et constructive », ajoute le porte-parole.

Le gouvernement de transition, mis en place par un accord signé en Afrique du sud en décembre 2002, doit conduire le pays à des élections générales prévues pour juin 2005.

De son côté, la MONUC « condamne énergiquement la tentative de coup de force », menée par le Major Eric Lenge. Dans un communiqué, elle « réitère son opposition à tout recours à la force pour accéder au pouvoir ».

« Dès qu'elle a été informée de cet événement, la MONUC a immédiatement renforcé son dispositif sécuritaire autour des résidences du Président et des Vice-Présidents et a intensifié ses patrouilles dans la ville de Kinshasa. »

La MONUC souligne avoir « maintenu un contact étroit avec le Gouvernement de transition afin de s'assurer que les mutins sont arrêtés et traduits en justice dans les plus brefs délais ».

En outre, la MONUC « rejette toute négociation avec le chef des mutins qui doit immédiatement déposer les armes ».

Selon la MONUC, cette tentative de coup d'Etat après les événements de Bukavu constitue « une nouvelle épreuve pour le Gouvernement et le peuple congolais ». « Plus que jamais, la MONUC tient à réitérer son soutien sans réserve au Gouvernement et à réaffirmer que rien ne pourrait dévier le chemin de la Transition. »

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.