Côte d'Ivoire : L'ONUCI condamne toute violation du cessez-le-feu

9 juin 2004

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), après l'attaque menée dans la nuit de dimanche à lundi à Gohitafla, dans le centre-ouest du pays, par des combattants issus de l'ex-rébellion, condamne « fermement », mercredi dans un communiqué, « toute violation du cessez-le-feu, toute destruction de son matériel » et déplore « toute menace à l'encontre de son personnel ».

« La participation active des casques bleus de l'ONUCI a permis l'arrêt des combats, relancé les négociations en vue d'un cessez-le-feu et du retour » à la normale, souligne l'ONUCI, suite à l'attaque par des « éléments incontrôlés » des postes militaires français et des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (FANCI).

« Il est désormais établi que les assaillants non armés se sont infiltrés dans la zone de confiance plusieurs jours auparavant », poursuit l'ONUCI. « Ils ont attaqué la gendarmerie de Gohitafla à l'arme blanche, où ils ont pu voler un véhicule des FANCI ainsi que des armes et des munitions. En se repliant vers le nord, ils se sont heurtés au poste de contrôle des forces françaises de la Licorne. »

L'ONUCI « rappelle que de tels actes ne peuvent rester impunis » et « réitère que les campagnes de désinformation contre elle sont inadmissibles ».

L'ONUCI a été créée par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1528 du 27 février 2004 pour une durée initiale de douze mois à compter du 4 avril 2004 dans le but de soutenir le règlement pacifique et aider à la tenue d'élections libres et régulières en octobre 2005. Disposant de 3 004 militaires, La force de maintien de la paix des Nations unies devrait en compter à terme 6 240.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.