La « boîte noire » découverte à l'ONU n'est pas liée au crash de l'avion des Présidents rwandais et burundais

La « boîte noire » découverte à l'ONU n'est pas liée au crash de l'avion des Présidents rwandais et burundais

La boîte dite"noire"
La « boîte noire » découverte au début de l'année dans une armoire de rangement du Département du maintien de la paix, au siège des Nations Unies à New York, n'est pas liée au crash de l'avion qui a coûté la vie le 6 avril 1994 aux Présidents du Rwanda et du Burundi, déclenchant le génocide rwandais, selon le Bureau des services de contrôle interne.

Dans un communiqué publié lundi, le Bureau des services de contrôle interne des Nations Unies (OIOS) souligne que l'enregistreur de vol transmis il y a dix ans par la Mission de l'ONU au Rwanda (MINUAR) au Département du maintien de la paix à New York ne contient aucune information pertinente sur le crash du Falcone à bord duquel se trouvaient les Présidents Juvénal Habyarimana, du Rwanda, et Cyprien Ntaryamira, du Burundi.

La mort des deux Présidents, près de l'aéroport international de Kigali, avait provoqué une réaction en chaîne de meurtres et de massacres qui s'est traduite par la mort d'au moins 800 000 personnes composées en majorité de Tutsis mais aussi d'une minorité de Hutus modérés.

En mars dernier, après la publication d'un article du quotidien français « Le Monde » affirmant que la boîte noire du Falcon était en possession de l'ONU, le Secrétaire général Kofi Annan avait donné instruction au Bureau des services de contrôle interne de faire toute la lumière sur cette affaire.

---