Darfour : une crise d'une gravité, d'une ampleur et d'une urgence extraordinaires

Darfour : une crise d'une gravité, d'une ampleur et d'une urgence extraordinaires

Réfugiés du Darfour au Soudan
Estimant à 2,2 millions le nombre de personnes qui auront besoin, cette année, d'une assistance au Darfour, province de l'ouest du Soudan faisant l'objet d'attaques de milices armées, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU a indiqué qu'elle évaluait l'aide d'urgence nécessaire pour répondre aux besoins humanitaires de base entre 80 et 100 millions de dollars.

Réunis hier à Genève sur la crise que traverse le Darfour, les représentants des Nations Unies et des principales organisations humanitaires se sont entretenus avec des représentants de 36 pays, dont le gouvernement du Soudan, des représentants de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Ligue des Etats arabes, indique un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) paru aujourd'hui.

« La crise humanitaire et des droits de l'homme au Darfour est d'une gravité, d'une ampleur et d'une urgence extraordinaires », ont conclu les organisateurs de la réunion, qui indiquent qu'à la suite des graves violations des droits de l'homme commises dans cette région du Soudan, « plus de 1,15 million de personnes ont été forcées de quitter leurs foyers ».

Par ailleurs, précise le communiqué, il a été rappelé à la conférence que « le Gouvernement du Soudan devait assurer la protection et la sécurité de ses citoyens, et activement mettre en œuvre l'Accord de cessez-le-feu humanitaire signé le 8 avril, et que toutes les parties au conflit devaient aussi fournir un accès complet et sans conditions aux organisations humanitaires, qu'il y ait ou non un cessez-le-feu.

Le 25 mai dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU avait déjà appelé le Gouvernement du Soudan à respecter ses engagements, et notamment à maîtriser les milices djandjawids arabes, responsables d'exactions à grande échelle contre les populations du Darfour.

L'ONU et ses partenaires ont présenté des appels à contribution non provisionnés aux pays donateurs, pour un montant de 236 millions de dollars, pour la période du 1er juin au 31 décembre 2004, indique le communiqué.

En réponse, les promesses de contribution se sont élevées à environ 57 millions de dollars.

Les Etats-Unis se sont engagés à verser un complément de 188 millions de dollars, à verser d'ici à la fin 2005, des représentants d'USAIDS, l'agence pour le développement international des Etats-Unis, ayant indiqué qu'au moins 44 millions seraient versés dans les quatre prochains mois.

Prenant la parole après la réunion, M. Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordinateur des secours d'urgence, s'est félicité de la réponse positive apportée par les donateurs, soulignant l'importance du versement rapide des sommes promises.

« Les engagements pris aujourd'hui représentent un première étape positive, mais les donateurs doivent continuer à prendre de tels engagements afin de répondre en totalité aux demandes de l'ONU et de ses partenaires. L'incapacité à y répondre aggravera vraisemblablement l'impact déjà terrible de la crise sur la population du Darfour », a déclaré Jan Egeland.

Selon la rapidité du déblocage des fonds, au moins 80 à 100 millions de dollars d'engagements nouveaux sont nécessaires d'urgence pour répondre aux besoins de base en matière humanitaire, d'ici à la fin de l'année, indique le communiqué d'OCHA.

---