Un vaste plan de sauvegarde du patrimoine culturel de l'Iraq défini par l'UNESCO

26 mai 2004

Parmi les objectifs fixés lors de la première réunion du Comité international de coordination pour la sauvegarde du patrimoine culturel de l'Iraq (ICC), établi sous les auspices conjoints des autorités iraquiennes et de l'agence de l'ONU pour l'éducation et la culture, qui s'achevait aujourd'hui, il est prévu de coordonner l'aide internationale en vue de l'élaboration d'un vaste plan de conservation.

Cette réunion plénière organisée par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), qui s'est déroulée pendant deux jours au siège de l'Organisation, sous la présidence du ministre iraquien de la Culture, Mufid Al-Jazairi, s'est fixée sept objectifs.

Lors de cette première réunion, le Comité a convenu de sept objectifs au nombre desquels l'aide à apporter au ministère iraquien de la Culture lui permettant d'assurer la réforme institutionnelle, la création de capacités et la formation dans les domaines des politiques culturelles visant à la sauvegarde du patrimoine culturel de l'Iraq, le renforcement de la législation nationale traitant du patrimoine culturel, des bibliothèques et archives, une assistance dans le domaine de la coopération avec un réseau de partenaires internationaux pour réhabiliter la Bibliothèque nationale et les archives ainsi que d'autres bibliothèques et archives du pays.

Le Comité prévoit également d'aider le ministère iraquien de la Culture à lancer des plans d'action pour la protection et la promotion du patrimoine culturel immatériel iraquien, en particulier pour le soutien et le développement des traditions orales et arts du spectacle, indique un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) publié aujourd'hui.

Enfin, il envisage de coordonner l'action internationale et de canaliser l'aide internationale, tant bilatérale que multilatérale, en vue de garantir la mise en oeuvre de la stratégie.

Lors de la séance d'ouverture de la réunion, Koïchiro Matsuura a souligné : « C'est tout l'édifice culturel [de l'Iraq], qu'il s'agisse des sites archéologiques et des bâtiments historiques, des musées et institutions culturelles, des bibliothèques et des archives, du patrimoine culturel immatériel ou encore des arts et industries culturelles qui a été affecté par plus de dix années d'embargo et de conflits dans le pays ». Il a ajouté : « Le défi est donc immense, et vital. »

On estime que l'Iraq possède plus de 10 000 sites archéologiques mais que seulement un septième d'entre eux a été étudié à ce jour. Avant son pillage en avril 2003, le Musée de Bagdad comptait quelque 100 000 pièces attestant de la grandeur des civilisations qui se sont succédées dans le « pays entre deux fleuves. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.