Les questions autochtones incluses dans les priorités de développement de l'ONU, annonce Kofi Annan

10 mai 2004

« Il y a tout juste 80 ans, le Chef Deskaheh de la nation Haudenosaunee avait fait le voyage du Canada à Genève pour venir affirmer devant la Société des Nations les droits de son peuple à vivre sur sa propre terre, à suivre ses propres lois et à pratiquer sa propre foi » a évoqué Kofi Annan dans son allocation d'ouverture devant l'Instance permanente sur les questions autochtones dont la troisième session commençait aujourd'hui.

« Le Chef Deskaheh n'avait pas été autorisé à prendre la parole et avait dû repartir sans avoir accompli sa mission », a ajouté le Secrétaire général qui a souligné le fait que « beaucoup trop longtemps, les espoirs et les aspirations des peuples autochtones ont été ignorés. »

Cependant, a fait observer le Secrétaire général, « nous avons assisté au cours des trois décennies écoulées à un changement radical des attitudes partout dans le monde, et la dernière décennie ? la Décennie internationale des populations autochtones ? a été marquée à l'ONU par des succès remarquables pour les peuples autochtones, dont l'un des plus importants est la création de la présente Instance. »

« Il nous appartient désormais de faire en sorte que les droits d'un des groupes les plus marginalisés de l'humanité soient non seulement reconnus, et fassent l'objet de débats, mais soient aussi protégés et défendus.

Kofi Annan a souligné que quelque 370 millions d'autochtones vivaient aujourd'hui dans plus de 70 pays, « où ils constituent parfois des majorités mais le plus souvent des minorités, et se trouvent fréquemment dans une situation d'isolement soit volontaire soit forcé. »

« En dépit des progrès que je viens d'évoquer, les préjudices et la malveillance persistent à l'égard des autochtones (...).Si nous voulons que le XXIe siècle soit 'l'ère de la prévention', il appartient au reste de l'humanité d'engager un dialogue plus large et plus constructif », a-t-il déclaré ajoutant que « c'est dans cet esprit que j'approuve l'inclusion des questions autochtones parmi les priorités du Groupe des Nations Unies pour le développement pour 2004. »

Il a invité « tous les organismes concernés du système des Nations Unies à instaurer des partenariats et à aider l'Instance permanente à s'acquitter de son mandat. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.