À l'occasion de leur Journée internationale, Kofi Annan souligne que les autochtones peuvent désormais faire entendre leurs voix à l'ONU

À l'occasion de leur Journée internationale, Kofi Annan souligne que les autochtones peuvent désormais faire entendre leurs voix à l'ONU

media:entermedia_image:629f260a-0ccf-4b91-b614-19cc895f351a
À l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones, aujourd'hui 9 août, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, souligne qu'au lendemain de la première session historique de l'Instance permanente sur les questions autochtones, les peuples autochtones possèdent désormais à l'ONU un cadre privilégié où faire entendre leurs voix et faire connaître leurs problèmes à la communauté internationale.

À l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones, aujourd'hui 9 août, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, souligne qu'au lendemain de la première session historique de l'Instance permanente sur les questions autochtones, les peuples autochtones possèdent désormais à l'ONU un cadre privilégié où faire entendre leurs voix et faire connaître leurs problèmes à la communauté internationale.

Dans son message pour la Journée internationale, M. Annan rend hommage “à l'effort et au travail considérable qui ont abouti à la création de l'Instance, laquelle inaugure une nouvelle étape de l'histoire des peuples autochtones à l'ONU”. Il rappelle à cet égard que cette Instance offre à ses membres, dont la plupart sont des autochtones, l'occasion d'aider le Conseil économique et social (ECOSOC) à trouver des solutions aux problèmes que rencontrent les communautés autochtones.

“Nous avons beaucoup à apprendre des peuples autochtones”, écrit par ailleurs le secrétaire général. “La tradition de consensus qui s'observe chez beaucoup d'entre eux peut contribuer au règlement des conflits et à la bonne gouvernance. Les connaissances médicinales, découvertes, améliorées et transmises de génération en génération par les peuples autochtones, ont une immense valeur. De même, les peuples autochtones peuvent nous enseigner beaucoup en matière de gestion des écosystèmes complexes, de protection de la diversité biologique, de rendement des cultures et de conservation des sols”, ajoute M. Annan.