L'OSCE prête à travailler encore beaucoup plus avec l'ONU, affirme son Président au Conseil de sécurité

L'OSCE prête à travailler encore beaucoup plus avec l'ONU, affirme son Président au Conseil de sécurité

Solomon Passy, Président de l'OSCE
« Nous pouvons faire plus » a affirmé le Président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Solomon Passy, Ministre des affaires étrangères de la Bulgarie, ajoutant plus tard au cours de la séance du Conseil de sécurité « Il suffit de demander. »

Après avoir rappelé le rôle de l'OSCE dans le domaine du maintien de la paix, il a souligné que l'Organisation demeurait le principal instrument d'alerte rapide, de prévention des conflits, de gestion des crises et de réhabilitation après-conflit de la région.

« Nos 18 missions sur le terrain constituent une présence précieuse, notamment dans le Caucase et en Asie centrale, pouvant aider à gérer plus efficacement les menaces émergentes en matière de sécurité », a-t-il fait observer.

Dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, il a expliqué que l'OSCE s'intéressait à des aspects concrets tels que la sécurisation des documents de voyage, les menaces pour l'aviation civile que constituent les missiles sol-air portatifs tirés à l'épaule et l'amélioration des moyens de blocage du financement du terrorisme, précisant également qu'une action était en cours pour détruire des stocks de munitions « qui pourraient tomber entre de mauvaises mains » et que l'Organisation travaillait étroitement avec le Comité de lutte contre le terrorisme de l'ONU.

« L'évolution de la situation en Géorgie a mis en relief les relations qu'y entretiennent l'ONU et l'OSCE », a déclaré M. Solomon qui a souligné l'appui que cette dernière apportait aux efforts de la MONUG, la Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie, pour parvenir à un règlement politique global du conflit en Abkhazie.

« L'OSCE est prête à apporter son aide à l'ouverture de l'antenne de Ghali du Bureau des droits de l'homme », a-t-il ajouté, précisant qu'en Ossétie méridionale, elle collaborait étroitement avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Evoquant les questions de la sécurité en Asie centrale et de l'avenir de l'Afghanistan, il s'est dit convaincu que l'une et l'autre étaient intimement liées, ajoutant : « l'OSCE a une large expérience à partager sur des questions qui ont trait à l'avenir d'un Afghanistan stable ».

« L'OSCE est active dans un grand nombre de domaines et entretient de bonnes relations avec l'ONU. Je crois que nous pouvons faire encore plus », a affirmé le Président de l'OSCE, engageant, au cours du débat, les membres du Conseil de sécurité à solliciter davantage l'Organisation.