Traitement dégradant de prisonniers iraquiens : nouvelle réaction à l'ONU

4 mai 2004

Le Rapporteur spécial sur la question de la torture de l'ONU a exprimé aujourd'hui sa préoccupation à l'égard des « informations récentes faisant état de cas de torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants de détenus iraquiens commis par les forces armées des États-Unis et du Royaume-Uni engagées sous l'autorité provisoire de la coalition » et a demandé que toutes les forces engagées en Iraq mènent leur enquête.

M. Theo van Boven, le Rapporteur spécial sur la question de la torture de l'ONU a invité tous les pays qui ont des forces armées en Iraq à prendre des mesures immédiates et efficaces pour enquêter, engager des poursuites et imposer les sanctions appropriées à toute personne responsable de ce type d'abus et à fournir un recours efficace et une réparation proportionnée aux victimes de ces violations.

Dans un communiqué publié aujourd'hui, M. van Boven souligne que le droit de ne pas être soumis à la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants est un droit qui ne peut faire l'objet d'aucune dérogation.

L'interdiction de la torture est explicitement affirmée dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Déclaration sur la protection de toutes les personnes contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention de Genève du 12 août 1949 relative au traitement des prisonniers de guerre et le Statut de Rome portant création de la Cour pénale internationale, précise-t-il.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.