Le chef de la MONUC demande à la R. D du Congo et au Rwanda d'éviter l'escalade

Le chef de la MONUC demande à la R. D du Congo et au Rwanda d'éviter l'escalade

Alors que la Mission de l'ONU indique avoir constaté la présence de forces rwandaises en République Démocratique du Congo (RDC), le Représentant Spécial du Secrétaire général a alerté les Ministres des Affaires Etrangères du Rwanda et de la RDC sur la gravité de la situation.

Le Représentant Spécial du Secrétaire général de l'ONU, William Swing a exprimé ses plus vives inquiétudes à la suite d'informations faisant état d'offensives lancées ces derniers jours par les troupes à dominante hutu du FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) à proximité de la frontière rwandaise et aux rapports « inquiétants » signalant la présence de troupes rwandaises sur le territoire de la RDC.

Il a alerté par lettre officielles les deux gouvernements sur la gravité de la situation, dès vendredi, les exhortant à entrer en contact direct afin de coordonner leurs opérations et d'éviter toute escalade de la tension, indique un communiqué de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) daté de samedi.

M. Swing s'est référé à l'esprit de la Déclaration de principes du 25 septembre dernier sur les relations de bon voisinage, conforme aux engagements pris entre les deux pays lors de la réunion de Pretoria du 27 novembre.

La MONUC rappelle qu'elle a renforcé depuis le 19 avril ses opérations de vérification des attaques des FDLR dans le Nord et Sud Kivu en coopération avec les autorités militaires de la RDC et le gouvernement du Rwanda, de chaque côté de leur frontière commune.

La Mission indique avoir constaté le 21 avril la présence de troupes rwandaises – portant l'insigne FDR - dans le secteur de Bunagana, sur le territoire de la RDC et précise qu'un officier rwandais a demandé à une patrouille de la MONUC de se retirer.

La MONUC rappelle que la présence de toute troupe étrangère sur le territoire de la République Démocratique du Congo est illégale. Elle se dit préoccupée par le manque de coordination dans les activités militaires respectives en cours contre les éléments des FDLR et dénonce les restrictions imposées à la liberté de circulation de ses troupes à travers le territoire de la RDC.