La Russie oppose son veto à un projet de résolution sur Chypre

21 avril 2004

La Fédération de Russie a opposé aujourd'hui son veto à un projet de résolution qui aurait mis fin à la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP) et l'aurait remplacée par une Mission des Nations Unies à Chypre pour la mise en œuvre du règlement, la MINUCMOR, à condition toutefois que l'Acte de fondation de la République unie de Chypre soit approuvé par les référendums du 24 avril.

L'ambassadeur de la Fédération de Russie, Gennady Gatilov, a indiqué que son pays appuyait les efforts effectués par le Secrétaire général pour régler le problème de Chypre ainsi que les référendums sur le plan de règlement, mais a estimé que le référendum devait se dérouler dans les meilleures conditions possibles, sans pressions extérieures et que ce n'est qu'à l'issue de ces référendums que le Conseil pourra prendre une décision.

Il a également estimé qu'il aurait dû être possible de discuter du projet de façon plus approfondie et que par conséquent la Russie n'avait eu d'autre choix que d'opposer un « veto technique. »

Le 16 avril dernier, les membres du Conseil de sécurité avaient adopté une déclaration dans laquelle ils rappelaient « Les membres du Conseil rappellent que les Chypriotes avaient à prendre une décision historique concernant leur avenir lors des référendums du 24 avril et que « si le plan était approuvé, le Conseil est prêt à prendre d'autres mesures (…), y compris en créant une nouvelle opération des Nations Unies afin de concourir à la mise en oeuvre rapide et intégrale de ce plan par toutes les parties. »

Il s'était également engagé, dans cette hypothèse, à faire en sorte que les parties remplissent intégralement leurs engagements au titre du plan de règlement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.