Libéria : le Conseil de sécurité demande aux Etats de geler les avoirs de la famille Taylor

12 mars 2004

Le Conseil a décidé ce matin à l'unanimité de demander aux Etats membres de l'ONU de geler tous les fonds, avoirs et ressources économiques appartenant à la famille de Charles Taylor, l'ancien Président du Libéria, de ses alliés ou associés.

Le Conseil, qui note en préambule que, par ses actes ou sa politique, l'ancien Président libérien « et d'autres personnes » ayant « pillé les ressources du Libéria et transféré leur butin hors du pays(…) ont compromis la transition du Libéria vers la démocratie et le développement ordonné de ses institutions et de ses moyens politiques, administratifs et économiques », a décidé que tous les États Membres doivent immédiatement geler ces fonds, autres avoirs financiers et ressources économiques se trouvant sur leur territoire à la date de l'adoption de la présente résolution ou ultérieurement.

Cette décision a pour but, est-il précisé dans la résolution, d'empêcher « que l'ancien Président du Libéria, Charles Taylor, les membres de sa proche famille, en particulier Jewell Howard Taylor et Charles Taylor, Jr., hauts fonctionnaires de l'ancien régime Taylor, ou des membres de son entourage, alliés ou associés (…) n'utilisent les fonds et biens détournés pour entraver le rétablissement de la paix et de la stabilité au Libéria et dans la sous-région »

Le Comité, créé en décembre dernier par la résolution 1521 du Conseil afin de vérifier l'embargo sur les armes, sur le transit au Libéria des hauts fonctionnaires du régime de Charles Taylor, sur l'importation de diamants bruts et de bois rond ou de bois d'œuvre libériens, est en outre chargé de continuer à identifier les personnes susceptibles de faire également l'objet de ces mesures, d'en communiquer rapidement la liste à tous les Etats Membres, notamment en affichant cette liste sur son site Web.

Seules les dépenses considérées par les Etats concernés comme nécessaires à la couverture des dépenses essentielles échappent au gel décidé par le Conseil ainsi que certaines dépenses extraordinaires jugées nécessaires par les Etats concernés à condition qu'elles soient soumises au préalable à l'approbation du Comité.

Le Conseil de sécurité annonce enfin qu'il a l'intention d'envisager de mettre à la disposition du Gouvernement libérien les fonds, autres avoirs financiers et ressources économiques ainsi gelés, « une fois que ce gouvernement aura adopté des pratiques comptables et des méthodes d'audit transparentes. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.