Nouvelle prorogation de six mois pour la Mission de l'ONU en Ethiopie/Erythrée décidée par la Conseil de sécurité

12 mars 2004

C'est à l'unanimité mais en exprimant sa préoccupation quant au rejet par l'Ethiopie de plusieurs parties importantes de la décision de la Commission du tracé de la frontière et déplorant le refus de l'Erythrée de coopérer avec l'Envoyé spécial de l'ONU que le Conseil de sécurité a décidé de prolonger de six mois le mandat de la MINUEE, la Mission des Nations Unies en Ethiopie et en Erythrée.

Aux termes de la résolution adoptée ce matin, le Conseil de sécurité demande à nouveau aux deux pays de coopérer pleinement avec la Mission de l'ONU ainsi qu'avec la Commission du tracé de la frontière.

Constatant que la communauté internationale sollicite de plus en plus l'ONU pour organiser le maintien de la paix et rappelant que les retards que prend le processus de démarcation de la frontière entraînent des coûts opérationnels supplémentaires, il souligne que c'est aux parties qu'il incombe d'appliquer les Accords d'Alger et la décision de la Commission du tracé de la frontière entre l'Erythrée et l'Ethiopie.

Il exprime enfin son plein appui à l'Envoyé spécial du Secrétaire général pour l'Ethiopie et l'Erythrée.

Dans son dernier rapport sur la situation dans ces deux pays, le Secrétaire général soulignait que « l'impasse actuelle est une source d'instabilité et pourrait donc devenir dangereuse »,

Tout en faisant état d'une situation qui était restée généralement stable au cours des derniers mois, il a indiqué que la MINUEE lors de ses nombreuses patrouilles dans la Zone de sécurité temporaire avait « surveillé les positions redéployées des forces armées des parties dans les zones adjacentes et observé les activités des milices et de la police érythréennes dans la Zone et alentour. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.