Pour le chef de l'ONU en R.D. du Congo, la solution des problèmes du pays est d'abord politique

10 mars 2004

Selon le Représentant spécial de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), qui promet d'utiliser pleinement les moyens des forces de l'ONU dans la province de l'Ituri, dans le Nord-Est du pays, en attendant le déploiement d'une seconde brigade dans les Kivus, à l'Est, c'est la volonté des autorités politiques qui fera la différence, indique aujourd'hui la Mission de l'ONU en RDC.

William Lacy Swing, Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la Mission de l'ONU en RDC, qui s'adressait aux responsables des agences humanitaires, a insisté sur le fait que « l'engagement de la mission onusienne ne devait pas faire oublier au Gouvernement congolais sa mission de rétablir son autorité sur toute l'étendue du territoire national », indique le reportage publié aujourd'hui par la MONUC, la Mission de l'ONU en RDC. La responsabilité du Gouvernement congolais passe, à ses yeux, par la création d'un cadre politique propice et notamment par l'élaboration de différentes lois organiques.

A propos du programme en cours de désarmement-réinsertion, la MONUC qui s'est fixée pour objectif de démobiliser et de rapatrier 50 000 ex-combattants d'ici à la fin de l'année, en a déjà rapatriés actuellement plus de 10 000. Toutefois elle continue à attendre du Gouvernement, y est-il souligné, la nomination d'un coordonnateur de ce programme et la mise au point d'un calendrier national qui sera financé par la Banque Mondiale.

Répondant aux préoccupations des responsables humanitaires présents à l'égard de la xénophobie à laquelle ils disent être confrontés en Ituri et de l'hostilité manifestée dans les Kivu, M. Swing s'est efforcé de les rassurer en affirmant la détermination de la Mission à utiliser le chapitre 7 pour leur permettre de mettre en oeuvre leurs programmes. Il a également promis d'utiliser tous les moyens d'information à sa disposition y compris ceux de Radio Okapi, la radio créée par la Mission.

En attendant le déploiement de la deuxième Brigade de la MONUC dans les deux Kivu et le déploiement complet de la Brigade de l'Ituri, le Commandant des Forces de la MONUC a décidé d'appliquer pleinement le chapitre 7 en Ituri, indique d'ailleurs la MONUC qui précise que deux bataillons de 630 hommes vont bientôt être déployés à Aru et à Mongbwalu à cet effet.

Le Chef d'état-major de la MONUC chargé de la Planification et de la Concertation avec les groupes armés de l'Ituri, le Colonel Laurent Banal, a annoncé le renforcement de la couverture aérienne de la Brigade de l'Ituri avec l'arrivée des hélicoptères des Casques bleus marocains.

M. Swing a par ailleurs évoqué les difficultés que la MONUC rencontre dans la formation de la police intégrée. En ce qui concerne l'armée, la Belgique a accepté de s'occuper de la formation de la première brigade intégrée à Kisangani et la France et la Grande-Bretagne ont offert leur assistance. Ces efforts conjugués sont pourtant loin de couvrir les besoins du pays, a-t-il indiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.