Le Conseil autorise le déploiement immédiat d'une force multinationale intérimaire en Haïti

29 février 2004

Le Conseil de sécurité a décidé à l'unanimité, dimanche dans la nuit, d'autoriser le déploiement immédiat en Haïti d'une force multinationale intérimaire, pour une période de trois mois au maximum, à laquelle succèdera une force de stabilisation de l'ONU.

Prenant note de la démission de Jean-Bertrand Aristide et de l'accession à la Présidence provisoire du pays de son Président de la Cour suprême, Boniface Alexandre, « conformément à la Constitution d'Haïti », le Conseil de sécurité, agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte de l'ONU, a autorisé le déploiement immédiat, en Haïti d'une force multinationale intérimaire, pour une période de trois mois au maximum, à laquelle succèdera une force de stabilisation de l'ONU.

Aux termes de la résolution 1529 adoptée cette nuit à l'unanimité, le Conseil se dit en effet prêt à créer une force de stabilisation des Nations Unies qui sera chargée de faciliter la poursuite d'un processus politique pacifique et constitutionnel et le maintien de conditions de sécurité et de stabilité.

Le Conseil de sécurité qui s'est réuni aujourd'hui à partir de 18 heures pour décider de l'action qu'appelaient les évolutions récentes, prie par ailleurs, dans sa résolution, le Secrétaire général, agissant en consultation avec l'Organisation des Etats américains (OEA), de lui soumettre dans les 30 jours qui suivent l'adoption de cette résolution, des recommandations sur la taille, la structure et le mandat d'une telle force dont, notamment, la coordination avec la Mission spéciale de l'OEA.

Le Conseil a, entre autres, chargé la Force intérimaire de faciliter l'instauration de conditions de sécurité et de stabilité dans la capitale haïtienne et ailleurs dans le pays en vue de promouvoir le processus politique constitutionnel en cours en Haïti, et de faciliter la fourniture d'une assistance internationale à la police et à la Garde côtière haïtiennes.

Dans une lettre datée du 29 février 2004, adressée au Président du Conseil constitutionnel d'Haïti, Boniface Alexandre, «autorise les forces de sécurité à entrer sur le territoire de la République d'Haïti et à y opérer pour exécuter des activités visant à instaurer un climat de sécurité et de stabilité qui soutiendra le processus politique en cours, facilitera la fourniture de l'assistance humanitaire et aidera de manière générale le peuple haïtien».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.