Le chef des droits de l'homme à l'ONU appelle à son tour à mettre fin à la violence en Haïti

10 février 2004

Après le Secrétaire général de l'ONU il y a quelques jours, le Haut Commissaire au droit de l'homme par intérim exprime à son tour sa préoccupation à l'égard de la situation en Haïti et prie les autorités de traduire en justice les personnes responsables de graves actes de violence.

Bertrand Ramcharan, le Haut Commissaire aux droits de l'homme par intérim, se dit gravement préoccupé, dans une déclaration publiée aujourd'hui, par la situation des droits de l'homme en Haïti, où de violents affrontements, ces derniers mois, entre milices progouvernementales et antigouvernementales ainsi que des heurts opposant la police à des manifestants antigouvernementaux ont fait des dizaines de morts à travers le pays.

Déplorant en particulier les meurtres et les destructions de cette dernière semaine dans les villes haïtiennes de Gonaïves et de Saint-Marc, il condamne le recours à la violence de tous côtés et encourage fortement tous ceux qui sont concernés à y mettre un terme et à résoudre la crise politique de manière pacifique et constitutionnelle.

M. Ramcharam prie instamment les autorités de traduire en justice, conformément aux normes nationales et internationales, les personnes responsables de graves actes de violence et de violations des droits de l'homme

Le 6 février dernier, le Secrétaire général de l'ONU exprimait également sa préoccupation par l'escalade de la violence en Haïti et les événements de Gonaïves, lançant un appel aux Haïtiens pour qu'ils trouvent une solution constitutionnelle à la crise.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.