Afghanistan : les inscriptions électorales risquent de ne pas être achevées à temps pour les élections de juin

9 janvier 2004

A la date du 8 janvier, 274,964 Afghans dont 59,183 femmes s'étaient inscrits sur les listes électorales dans les 8 principales villes du pays, un rythme insuffisant pour espérer que les dix millions d'électeurs potentiels soient inscrits à temps pour les élections de juin prochain, indique la Mission de l'ONU dans le pays qui souscrit à l'opinion déjà exprimée par Kofi Annan.

« Le taux d'enregistrement est trop faible pour achever les inscriptions avant les élections. Il faudrait pour cela que les équipes chargées des inscriptions puissent se rendre dans tous les secteurs du pays. Il faut espérer que les mesures de sécurité actuellement en cours de discussions rendront cela possible », a déclaré hier le porte-parole de la Mission d'assistance de l'ONU en Afghanistan, la MANUA.

Dans un récent rapport, le Secrétaire général de l'ONU avait insisté sur le fait que « le nombre de centres d'inscription actuellement ouverts est trop réduit pour que le taux d'inscription fixé comme objectif puisse être atteint. »

« Il faut pouvoir avoir directement accès à chacun des plus de 10 millions d'électeurs potentiels, et ceux auxquels on ne pourra avoir accès en raison de l'insécurité seront privés de leur droit de vote », ajoutait-il, affirmant qu'à ce stade « les stratégies de réduction des risques », adoptées jusqu'à présent, ne suffisaient plus.

En revanche, dans le communiqué publié hier par la MANUA, son porte-parole s'est dit « positivement impressionné » par le nombre croissant de femmes qui se font inscrire sur les listes électorales « en dépit des schémas culturels, de leur manque d'expérience en la matière et du rôle traditionnel qui leur a toujours été dévolu. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.