2004, Année de commémoration de la lutte contre l'esclavage et de son abolition lancée officiellement le 10 janvier au Ghana

5 janvier 2004

L'Année internationale de commémoration de la lutte contre l'esclavage et de son abolition sera officiellement lancée par Koïchiro Matsuura, le directeur général de l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture, l'UNESCO, le 10 janvier, à Cape Coast au Ghana, l'une des plaques tournantes de la traite négrière, aujourd'hui site du Patrimoine mondial.

L'Année internationale de commémoration de la lutte contre l'esclavage et de son abolition sera officiellement lancée par Koïchiro Matsuura, le directeur général de l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture, l'UNESCO, le 10 janvier, à Cape Coast au Ghana, l'une des plaques tournantes de la traite négrière, aujourd'hui site du Patrimoine mondial.

L'année 2004, consacrée à une tragédie sans précédent reconnue en 2001 comme crime contre l'humanité à la Conférence mondiale de Durban contre le racisme, sera l'occasion pour l'humanité de se livrer à son devoir de mémoire, mais aussi à renforcer la lutte contre toutes les formes d'esclavage et de racisme dans le monde actuel, indique un communiqué de l'UNESCO publié aujourd'hui.

Proclamée par l'Assemblée générale des Nations Unies Année de commémoration de la lutte contre l'esclavage et de son abolition, 2004 marque le bicentenaire de la proclamation du premier Etat noir, Haïti, le symbole du combat et de la résistance des esclaves.

« Institutionnaliser la mémoire, empêcher l'oubli, rappeler le souvenir d'une tragédie longtemps occultée ou méconnue et lui restituer la place qui doit être la sienne dans la conscience des hommes, c'est en effet répondre à notre devoir de mémoire », dit le directeur général de l'UNESCO dans son message évoquant l'Année internationale de commémoration de la lutte contre l'esclavage et de son abolition.

Dans le cadre de l'Année, l'UNESCO, en tant que chef de file de la célébration, prévoit une série d'activités, en coopération avec ses Etats membres, les commissions nationales, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les Clubs UNESCO, la communauté scientifique internationale, des lauréats du Prix Nobel, les Artistes pour la paix et les Ambassadeurs de bonne volonté de l'UNESCO.

Elles auront pour objectif d'approfondir les connaissances sur la traite négrière et l'esclavage dans le monde entier, en mettant en relief les interactions qu'ils ont générées, ainsi que les dimensions philosophiques, politiques et juridiques du processus d'abolition de cette « institution particulière » qu'était l'esclavage. La promotion des sites historiques, la célébration des événements et les hommages aux personnalités liés à l'esclavage et à son abolition sont également au programme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.