L'UNICEF désigne cinq domaines d'action en faveur de l'enfance pour 2004

31 décembre 2003

Même si l'agence de l'ONU pour l'enfance continuera en 2004 à apporter son aide aux enfants pris dans des catastrophes naturelles telle que celle qui vient de se produire en Iran, elle se fixe aussi pour objectif d'améliorer la vie des enfants sur cinq fronts. Cela requiert, dit-elle, de l'attention et des investissements mais a pour perspective le progrès de l'humanité.

Parmi les problèmes urgents à prendre en compte pendant l'année qui vient, l'UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, en cite cinq : la survie des enfants, l'impact du HIV/sida, les enfants dans la guerre, l'exploitation et l'investissement insuffisant.

Près de 11 millions d'enfants meurent avant leur cinquième anniversaire chaque année, 10 millions sont affectés de handicaps physiques ou mentaux ou de difficultés d'apprentissage, en raison du manque de moyens de ceux qui s'en occupent, indique Carol Bellamy, directrice exécutive de l'UNICEF. Les maladies qui tuent le plus sont la rougeole, le paludisme et la diarrhée, toutes peuvent être prévenues et traitées.

A propos du VIH/sida, elle souligne que plus de la moitié des personnes nouvellement contaminées ont moins de 25 ans et que la maladie a produit 14 millions d'orphelins, 11 d'entre eux en Afrique sub-saharienne. On s'attend à ce qu'ils soient 20 millions d'ici à 2010, indique le communiqué de l'UNICEF publié aujourd'hui.

Quand aux enfants pris dans la guerre, pendant la seule dernière décennie, plus de 2 millions d'enfants sont morts des effets directs des conflits et trois fois plus ont été handicapés à vie ou sérieusement blessés. On estime à 20 millions le nombre de ceux qui ont été forcés de fuir leur foyer et à plus d'un million ceux que la guerre a rendu orphelins ou a séparé de leur famille.

L'exploitation, les mauvais traitements, la violence privent de leur enfance des centaines de millions d'enfants. Environ 246 millions d'enfants travaillent. Le nombre d'enfants faisant l'objet de trafic est estimé à 1,2 million chaque année et à 2 millions le nombre de ceux exploités dans le commerce sexuel. Plus de 300 000 enfants, les plus jeunes âgés de 8 ans, sont enrôlés dans les conflits armés qui font rage dans plus de 30 pays du monde.

Trop de gouvernements, aussi bien dans le monde développé qu'en développement, refusent de reconnaître qu'investir dans les questions liées à l'enfance signifie investir dans le futur de leur pays. L'aide totale aux pays en développement a décliné dans les années 90. Les enfants ne sont pas une priorité suffisante, fait remarquer le communiqué de l'UNICEF.

Pour Carol Bellamy, la seule et la meilleure façon d'affronter ces problèmes sur le long terme est l'éducation. « En s'assurant que tous les garçons et toutes les filles aient accès à une éducation de base, non seulement nous leur offrons la chance de grandir en devenant des adultes indépendants qui sont en mesure de protéger leur propre santé et leurs droits mais nous améliorons aussi leurs chances d'échapper à la pauvreté et aux épreuves », affirme-t-elle.

« Si nous investissons sans fléchir dans l'enfance et insistons pour les placer au centre de notre réflexion sur le développement, alors nous pouvons faire de ce monde un endroit meilleur », ajoute la directrice de l'UNICEF.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.