Aide aux agriculteurs du Libéria : la FAO a besoin de 2 millions de dollars

Aide aux agriculteurs du Libéria : la FAO a besoin de 2 millions de dollars

media:entermedia_image:30a11c83-9930-459e-a440-f70d3f0ed4ad
La majeure partie des réserves de semences du Libéria ayant été détruite par 14 années de guerre civile, l'agence de l'ONU pour l'agriculture, la FAO a besoin de 2 millions de dollars pour procurer semences de riz et outils à 70 000 familles rurales.

De récentes évaluations indiquent que trois agriculteurs sur quatre n'ont pas accès aux semences de riz pour la saison 2004, indique la FAO qui lance un appel à contributions de 2 millions de dollars qui lui permettront de fournir 700 tonnes de semences de riz à 70 000 familles rurales.

"Deux millions de dollars, ce n'est pas cher payé pour s'assurer qu'un demi million de Libériens n'iront pas se coucher le ventre vide ou, au mieux, ne seront pas dépendants de l'aide alimentaire l'an prochain", a déclaré Subraman Thirugnanasambanthar, Représentant de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au Libéria.

"Stimuler la production agricole est beaucoup plus fructueux et durable sur le long terme que fournir de l'aide alimentaire au même nombre de personnes", ajoute-t-il dans un communiqué publié aujourd'hui.

Après 14 années d'une guerre civile qui vient de donner lieu à un accord de paix en août, l'infrastructure agricole du Libéria a été sérieusement endommagée et la malnutrition est largement répandue, particulièrement chez les enfants. Avec la plupart des réserves de grains pratiquement épuisées du fait d'une guerre prolongée, la FAO envisage d'ajouter, à l'achat de semences de riz locales, des variétés adaptées trouvées dans la région.

Les semences doivent être achetées et distribuées entre janvier et avril 2004, à temps pour l'ensemencement qui commence en avril et se poursuit jusqu'en juin.

L'opération qu'envisage la FAO concerne environ 10 000 familles agricoles, déplacées pendant la guerre et regagnant leur foyer et 60 000 familles agricoles résidentes.