Société de l'information : le Sommet de Genève s'achève sur un consensus et les premiers accords de partenariat

12 décembre 2003

La première phase du Sommet mondial sur la société de l'information s'est achevée ce matin à Genève par l'adoption unanime d'une déclaration de principes qui affirme les valeurs dont souhaite se doter la société de l'information et d'un plan d'action qui met l'accent sur des résultats obtenus grâce à la coopération entre les gouvernements, les entreprises et la société civile.

La première phase du Sommet mondial sur la société de l'information s'est achevée ce matin à Genève par l'adoption unanime d'une déclaration de principes qui affirme les valeurs dont souhaite se doter la société de l'information et d'un plan d'action qui met l'accent sur des résultats obtenus grâce à la coopération entre les gouvernements, les entreprises et la société civile.

Même si cette première rencontre « multipartenaires » organisée pour « définir en commun l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans l'optique d'un monde meilleur », s'est terminé sur un consensus, le Secrétaire général du Sommet et Secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT), M. Yoshio Utsumi, a toutefois attiré l'attention sur le fait que ce Sommet n'était qu'un début et qu'il devait se traduire par des résultats tangibles.

« La mise en oeuvre du Plan d'action est d'une importance cruciale pour le succès à long terme du Sommet. Nous avons besoin d'imagination et de créativité pour élaborer des projets et des programmes qui puissent véritablement donner des résultats. Nous avons besoin d'engagements - de la part des Etats, du secteur privé et de la société civile - à l'égard d'objectifs réalistes et de mesures concrètes. Nous avons besoin de mobiliser des ressources et des investissements », a-t-il déclaré.

« Récolter les fruits que nous aurons semés grâce à de puissants outils modernes fondés sur le savoir, dans les pays les plus pauvres de la planète, tel sera le véritable défi à relever dans une société de l'information engagée, ayant les moyens de son autonomie et égalitaire », a-t-il ajouté.

Ce sommet a d'ores et déjà permis à des partenariats de voir le jour. L'administration des Etats-Unis a notamment accordé une subvention de 400 000 dollars en faveur du développement des TIC dans des pays à faible revenu. Cisco et l'UIT ont signé un Mémorandum d'accord visant à créer 20 nouveaux centres de formation à l'Internet dans des pays en développement. Hewlett-Packard a annoncé qu'il fournirait des produits à bas prix qui aideront à surmonter les difficultés d'accès aux TIC des analphabètes.

Microsoft, en collaboration avec le PNUD, fournira un programme d'un milliard de dollars, échelonné sur 5 ans, pour former aux TIC les communautés mal desservies. Pour résoudre les problèmes de communication des zones montagneuses du Bhoutan, le Gouvernement indien s'est engagé, en partenariat avec l'UIT, Worldspace et Encore India, à fournir aux Postes bhoutanaises un service de courrier électronique acheminé via un réseau de micro-stations alimenté en énergie par panneaux solaires, d'un coût de 400 000 dollars.

Le jour même de la clôture du Sommet, les villes de Genève et de Lyon ainsi que le Gouvernement du Sénégal ont annoncé des contributions d'un montant total d'un million d'euros destinées à financer des technologies de l'information dans les pays en développement. Ces contributions sont les trois premiers versements au Fonds de solidarité numérique dont la création est envisagée pour la phase de Tunis par un groupe de travail de l'ONU.

La seconde phase du Sommet, qui aura lieu à Tunis en 2005, permettra d'évaluer la mise en œuvre des objectifs ambitieux qui ont été fixés au cours de cette semaine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.