Action des agences de l'ONU envers les enfants, les plus menacés par une surexposition au soleil

15 septembre 2003

Chaque année, les radiations d'ultraviolets émises par le soleil provoquent 2 à 3 millions de cas supplémentaires de mélanomes bénins et 130 000 nouveaux cas de mélanomes cancéreux. Un phénomène accentué par la diminution de la couche d'ozone qui affecte particulièrement les enfants, indiquent les agences de l'ONU pour la santé et l'environnement qui lancent aujourd'hui, à la veille de la Journée internationale de la protection de la couche d'ozone, un kit d'information destiné aux enfants, à leurs familles et aux éducateurs.

Chaque année, les radiations d'ultraviolets émises par le soleil provoquent 2 à 3 millions de cas supplémentaires de mélanomes bénins et 130 000 nouveaux cas de mélanomes cancéreux. Un phénomène accentué par la diminution de la couche d'ozone qui affecte particulièrement les enfants, indiquent les agences de l'ONU pour la santé et l'environnement qui lancent aujourd'hui, à la veille de la Journée internationale de la protection de la couche d'ozone, un kit d'information destiné aux enfants, à leurs familles et aux éducateurs.

« Alors que la diminution de la couche s'accentue et que le comportement des populations dans le monde est toujours plus orientée vers la recherche du soleil, le risque des complications médicales résultant de la surexposition aux ultraviolets devient un risque sérieux à la santé publique », affirme le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Lee Jong-wook.

« Les récentes découvertes scientifiques montrent que la couche d'ozone est en train de se reconstituer mais nous devons rester vigilants et faire encore plus avant que le problème soit réglé une fois pour toutes », estime de son côté Klaus Toepfer, le directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

« Pour que tous les problèmes soient pris en compte, il faut d'abord que le méthylbromide, un pesticide destructeur de l'ozone, soit complètement abandonné et que l'on lutte contre le commerce illégal des chlorofluorocarbones (CFCs) et que le protocole de Montréal soit totalement mis en oeuvre dans les pays en développement. Alors seulement, nous pourrons dire que le ciel au-dessus de nos têtes sera sans danger pour nos enfants et les enfants à venir », précise M. Toepfer.

Pour contribuer à sensibiliser les populations du monde, le Projet Inter-soleil (Intersun Project) de l'OMS lance aujourd'hui un Kit d'information scolaire sur les façons de se protéger du soleil. Le projet Inter-soleil est parraîné par l'OMS, le PNUE, l'Organisation météorologique mondiale et la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.