L´efficacité des opérations de maintien de la paix de l´ONU, au centre des débats du Conseil de sécurité

28 août 2003

Dans le cadre de son débat de synthèse sur ses travaux qu´il tient à la fin de chaque mois, le Conseil de sécurité s´est interrogé sur la façon d´améliorer les opérations de maintien de la paix de l´ONU et de remédier aux obstacles rencontrés et, plus particulièrement, aux problèmes de sécurité qui peuvent se poser, comme cela a récemment été le cas en Iraq où 23 personnes ont été tuées le 19 août à la suite de l´attentat perpétré contre le quartier général de l´ONU à Bagdad.

Dans le cadre de son débat de synthèse sur ses travaux qu´il tient à la fin de chaque mois, le Conseil de sécurité s´est interrogé sur la façon d´améliorer les opérations de maintien de la paix de l´ONU et de remédier aux obstacles rencontrés et, plus particulièrement, aux problèmes de sécurité qui peuvent se poser, comme cela a récemment été le cas en Iraq où 23 personnes ont été tuées le 19 août à la suite de l´attentat perpétré contre le quartier général de l´ONU à Bagdad.

Les membres du Conseil ont évoqué les difficultés rencontrées aux différents stades de l´établissement des missions de maintien la paix et ont estimé que le rapport établi par le Groupe d´experts sur les opérations de maintien de la paix de l´ONU, présidé par Lakdhar Brahimi, constituait une base essentielle pour toute réflexion sur l´avenir des opérations de maintien de la paix.

Plusieurs représentants ont déclaré que l´échec de certaines de ces opérations était dû notamment à la sous-évaluation des enjeux, à la mauvaise définition des mandats, à l´insuffisance des ressources et à l´absence de volonté politique des parties aux conflits et ont demandé qu´une évaluation plus poussée soit faite des mandats de chaque mission. Ceux-ci ont également insisté sur la nécessité de renforcer des activités en matière de défense des droits de l'homme dans toutes les opérations de maintien de la paix.

Certains membres du Conseil ont souligné la nécessité de doter ces opérations de ressources et de moyens appropriés compte tenu de la nature nouvelle des conflits - qui sont devenus pour la plupart internes et non plus entre Etats -, de l´ampleur et de la diversité des tâches à accomplir et également de la complexité des situations auxquelles elles doivent faire face.

Rappelant que les attaques contre le personnel humanitaire dans les zones de conflit constituaient un crime de guerre, le représentant du Mexique - qui a présenté la résolution sur la protection du personnel humanitaire adoptée avant-hier par le Conseil - a estimé que cette protection devait constituer une tâche essentielle à l'avenir. Cette opinion a été partagée par tous les membres du Conseil.

Evoquant le rôle capital joué par la Communauté des Etats d´Afrique de l´Ouest (CEDEAO) au Libéria, plusieurs représentants ont souligné la nécessité de renforcer la coopération entre l´ONU et les organisations régionales et sous-régionales dans le domaine du maintien de la paix.

Au 31 juillet 2003, 36 678 Casques Bleus et personnel civil étaient déployés dans 15 missions dans le monde, dont un tiers en Afrique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.