L´Envoyé de l´ONU au Libéria se rend en Côte d´Ivoire

28 août 2003

Poursuivant sa mission en Afrique de l´Ouest, l´Envoyé spécial de l´ONU au Libéria s´est rendu aujourd´hui en Côte d´Ivoire pour s´assurer du soutien du Gouvernement ivoirien au processus de paix au Libéria et discuter notamment de la possibilité d´ouvrir des couloirs humanitaires en vue de faciliter l´acheminement de nourriture, d´eau potable et de médicaments.

Poursuivant sa mission en Afrique de l´Ouest, l´Envoyé spécial de l´ONU au Libéria s´est rendu aujourd´hui en Côte d´Ivoire pour s´assurer du soutien du Gouvernement ivoirien au processus de paix au Libéria et discuter notamment de la possibilité d´ouvrir des couloirs humanitaires en vue de faciliter l´acheminement de nourriture, d´eau potable et de médicaments.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l´ONU au Libéria, Jacques Paul Klein, devait rencontrer aujourd´hui à Abidjan le Président ivoirien Laurent Gbagbo, le Premier Ministre Seydou Diarra, l´Envoyé des Nations Unies en Côte d´Ivoire qui dirige la Mission de l´ONU dans le pays, Albert Tevoedjre, et des représentants d´agences humanitaires.

Au cours d´une interview (audio en anglais) hier avec la radio des Nations Unies, M. Klein a déclaré que les défis étaient énormes et qu´il faudrait quatre à cinq ans pour reconstruire le pays. « Le Libéria est détruit... tous les bâtiments gouvernementaux ont été pillés. Toutes les archives ont disparues », a-t-il déclaré. Il a précisé qu´il comptait se rendre prochainement en Europe pour demander aux pays donateurs de fournir l´aide nécessaire à la reconstruction du Libéria.

« Il y a des personnes très qualifiées au Libéria », a-t-il insisté tout en ajoutant que, du fait que l´ancien Chef d´Etat, Charles Taylor, avait « pillé tout et tout le monde » pendant 14 ans, le pays avait « avait glissé vers le 19ème siècle.» L´un des défis est de pouvoir convaincre les Libériens de la diaspora de revenir au Libéria pour participer à la reconstruction de leur pays.

Interrogé sur le rôle que comptent jouer les Nations Unies au Libéria, M. Klein a répondu que l´ONU serait « un partenaire du gouvernement libérien » et que l´Organisation aiderait le Libéria à mettre en place une police nationale et à établir un système de santé et d´éducation, et fournirait l´aide humanitaire nécessaire ainsi que « tout ce qui permet de construire une société civile.»

A Monrovia, le Bureau de l´ONU chargé de la coordination des affaires humanitaires a déclaré que la situation s´était stabilisée et que peu d´incidents avaient été signalés. Les troupes ouest-africaines, qui continuent à assurer la sécurité des opérations humanitaires d´urgence, ont récemment établi des postes d´observation permanents et ont commencé à patrouiller entre les camps de personnes déplacées situés aux alentours de la capitale libérienne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.