« L´ONU ne peut accepter aucune persécution ou discrimination » déclare Kofi Annan à une réunion sur les droits des lesbiennes et des homosexuels

« L´ONU ne peut accepter aucune persécution ou discrimination » déclare Kofi Annan à une réunion sur les droits des lesbiennes et des homosexuels

« L´ONU ne peut accepter aucune persécution ou discrimination » a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, dans le cadre d´une manifestation organisée hier à New York par le personnel de l´Organisation sur le thème de la protection des droits des lesbiennes et des homosexuels dans le monde.

Dans une déclaration communiquée aujourd´hui par son Porte-parole, Kofi Annan a évoqué à ce sujet l’article 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui précise que « chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune ».

Sur la question spécifique des droits des lesbiennes et des homosexuels employés par l´ONU, le Secrétaire général a déclaré qu´il agirait sur la base des principes établis depuis longtemps au sein des Nations Unies selon lesquels les questions du statut du personnel sont déterminées en fonction du droit de la nationalité des employés.

En ce qui concerne le mariage entre personnes de même sexe, Kofi Annan a estimé que « les individus devraient pouvoir faire leur propre choix » et que l´on devrait « prendre soin de ne pas tirer de conclusions hâtives ou adopter des attitudes qui peuvent causer des préjudices à des personnes en raison de leurs choix et préférences ». Il a toutefois reconnu que les Etats Membres de l´Organisation avaient des vues différentes sur cette question sensible.