Détérioration des conditions de sécurité, principal obstacle au processus de paix en Afghanistan selon l´ONU

1 août 2003

La détérioration des conditions de sécurité est le principal obstacle auquel se heurte le processus de paix en Afghanistan, indique le dernier rapport du Secrétaire général qui invite la communauté internationale à se mobiliser pour que la sécurité puisse être assurée au-delà de Kaboul.

La détérioration des conditions de sécurité est le principal obstacle auquel se heurte le processus de paix en Afghanistan, indique le dernier rapport du Secrétaire général qui invite la communauté internationale à se mobiliser pour que la sécurité puisse être assurée au-delà de Kaboul.

« En définitive, la sécurité doit être assurée par les institutions afghanes compétentes, mais former suffisamment de membres des forces de sécurité professionnelles, notamment de la police et de l´armée nationales, prendra plusieurs années », estime le Secrétaire général. Dans l´intervalle, il faut que la communauté internationale se mobilise pour contenir la menace que constitue l´instabilité permanente dans le pays. « Echouer à assurer une sécurité suffisante pour donner suite au Processus de Bonn peut avoir des incidences bien au-delà des frontières de l´Afghanistan », précise-t-il.

Au cours des mois à venir, l´Afghanistan va entrer dans une phase critique de réconciliation nationale et de normalisation politique. L´organisation d´élections générales libres et honnêtes dans le pays au cours de l´été 2004, comme le prévoit l´Accord de Bonn, est particulièrement difficile dans la situation d´insécurité actuelle. Le rapport reconnaît que l´environnement respectueux des normes de liberté et de justice énoncées à Bonn « n´existe pas réellement » et demande au Gouvernement afghan de poursuivre les réformes qu´il a entreprises et aux Etats Membres des Nations Unies de l´aider dans ce sens pour que des élections libres et crédibles soient possibles. Le rapport insiste sur la nécessité d´une réforme des institutions nationales chargées d´assurer la sécurité, la mise en route du programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion et l´importance de la création et de la mise en place des cadres juridiques et institutionnels nécessaires au bon déroulement des élections.

La situation des droits de l´homme en Afghanistan évoquée dans le rapport reste préoccupante. L´absence d´un régime de droit facilite les abus de pouvoir, dont se rendent généralement coupables les chefs locaux et les factions, tandis que les taxes illégales et les extorsions, les déplacements forcés, les enlèvements, les viols et les détentions arbitraires sont monnaie courante. La situation des femmes continue à être alarmante. Le rapport conclut qu´il est indispensable de renforcer les capacités des institutions nationales de défense des droits de l´homme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.