Libéria : aggravation de la situation humanitaire alors que les hostilités reprennent

1 août 2003

Tandis que les hostilités ont repris aujourd´hui à Monrovia, la capitale du Libéria, les Nations Unies s´inquiètent de l´aggravation de la situation humanitaire et de la propagation rapide d´une épidémie de choléra qui menace des milliers de civils.

Alors que les hostilités ont repris aujourd´hui à Monrovia, la capitale du Libéria, les Nations Unies s´inquiètent de l´aggravation de la situation humanitaire et de la propagation rapide d´une épidémie de choléra qui menace des milliers de civils.

Le Bureau des Nations Unies chargé de la coordination des affaires humanitaires fait état d´une reprise des combats ce matin, après un bref arrêt des hostilités hier, et fait part de ses vives préoccupations en ce qui concerne le manque d´eau potable et de nourriture et l´insalubrité des zones où sont regroupées les personnes déplacées. Ces facteurs risquent de contribuer à la propagation de l´épidémie.

Les organisations humanitaires s´efforcent actuellement d´apporter aux populations déplacées de l´eau provenant de puits profonds qu´elles sont obligées de traiter au chlore pour la rendre potable. Malgré les efforts fournis, ces organisations ont signalé qu´elles n´avaient pas suffisamment d´eau potable pour procéder, en cas de besoin, à des soins de réhydratation par voie orale.

De l´avis du Bureau des affaires humanitaires, le manque de carburant est également un des facteurs qui contribue à ralentir les efforts humanitaires. En ce qui concerne les prix des aliments de base, ils continuent à flamber : un sac de riz, qui coûtait environ 20 dollars avant que les combats ne s´intensifient, coûte maintenant entre 75 et 100 dollars. Les prix d´aliments tels que le manioc ont été multipliés par dix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.