Kofi Annan demande aux combattants libériens d'épargner les civils

9 juin 2003

L'impact sur les habitants de la capitale du Libéria des combats entre rebelles et forces gouvernementales libériennes inquiètent vivement Kofi Annan qui demande aux combattants d'épargner les civils et prévient les auteurs de violations du droit humanitaire international qu'ils devront rendre des comptes.

Les graves conséquences des combats qui ont éclaté le 5 juin pour le contrôle de Monrovia et qui n'ont cessé de s'intensifier depuis lors, sur le million d'habitants de la capitale libérienne, inquiète vivement Kofi Annan qui « demande aux protagonistes de prendre toutes les mesures nécessaires pour que les civils ne soient pas pris pour cible et que leur soient épargnées les conséquences de la guerre », a indiqué son porte-parole, dans une déclaration rendue publique aujourd'hui.

« Il leur demande également d'empêcher le pillage des biens des organisations humanitaires et rappelle aux auteurs de violations du droit humanitaire et des droits de l'homme, qui ont trop souvent été choses communes au Libéria, qu'ils devront rendre des comptes », a déclaré le porte-parole.

« Les affrontements à la périphérie occidentale de Monrovia ont provoqué la fuite de la majorité des personnes déplacées réfugiées dans des camps dont le nombre est estimé à 100 000 », a-t-il indiqué, ajoutant que « avant que les combats n'éclatent autour de Monrovia, le 5 juin, le personnel humanitaire avait accès à un peu moins de 30% du Libéria. Aujourd'hui, sur plus de 3 millions de personnes vivant au Libéria et déjà traumatisées par des années de guerre et d'une abjecte pauvreté, pratiquement personne n'est en mesure de recevoir des secours d'urgence. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.