Le Tribunal pour la Sierra Leone a réceptionné le corps présumé de Sam Bockarie

Le Tribunal pour la Sierra Leone a réceptionné le corps présumé de Sam Bockarie

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, créé sous les auspices de l'ONU pour juger des crimes commis pendant la guerre civile dans ce pays, a réceptionné ce que les autorités libériennes affirment être le corps de Sam Bockarie, l'ancien chef rebelle inculpé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par le Tribunal qui s'apprête à faire procéder à son identification.

Le corps de Sam Bockarie a été réceptionné hier par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone qui réclamait depuis trois semaines sa dépouille aux autorités du Libéria.

Monrovia qui affirme que Sam Bockarie a été tué le 6 mai alors que les forces gouvernementales essayaient de l'arrêter, a modifié, la semaine dernière, sa version des événements en affirmant que l'ancien rebelle fomentait un coup d'Etat contre le régime de Charles Taylor.

Le Procureur du Tribunal spécial, David Crane, a promis que toute la vérité serait faite sur la mort de Sam Bockarie. « Le peuple de Sierra Leone a le droit de savoir si Bockarie est mort et, si c'est le cas, de quelle manière il est mort. Compte tenu des tactiques visant à retarder et à faire obstruction au processus, je doute sérieusement de la véracité des dires des autorités libériennes », a-t-il déclaré.

Le Procureur a à nouveau lancé un appel aux Libériens pour qu'ils procèdent à l'arrestation de Johnny Paul Koroma, lui aussi mis en accusation par le Tribunal. « Nous voulons qu'il nous soit livré vivant de telle sorte qu'ils puissent répondre des graves chefs d'inculpation retenus contre lui », a également déclaré David Crane.

La semaine dernière, le Tribunal avait arrêté et inculpé 'Bazzy' Kamara, membre comme Koroma des rebelles du Conseil des forces armées révolutionnaires (CFAR).