Un chef rebelle sierra-léonais, inculpé d'agressions sur des Casques bleus de l'ONU, plaide non-coupable

28 avril 2003

Un ancien chef rebelle qui opérait pendant la guerre civile en Sierra Leone, a plaidé non-coupable des crimes dont il est accusé, quatre d'entre eux concernant des Casques bleus des Nations Unies. Au total, 17 chefs d'accusation ont été retenus contre lui.

Lors de sa première comparution vendredi dernier devant le Tribunal spécial chargé de juger les crimes de guerre commis en Sierra Leone, Augustine Gbao, ancien responsable des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF), a plaidé non-coupable des crimes contre l'humanité dont il est accusé. Les chefs d'accusation retenus contre lui concernent des affaires de viol, de meurtre et d'agressions contre les Casques bleus de l'ONU ainsi que de graves violations du droit humanitaire et des Conventions de Genève.

Le Tribunal, qui siège à Freetown, a été créé par un accord entre l'ONU et le Gouvernement sierra-léonais pour juger les auteurs de crimes de guerre commis pendant les 10 années de conflit qui ont déchiré la Sierra Leone. Le tribunal pénal du Sierra Leone, établi par le Conseil de sécurité, diffère des tribunaux pour le Rwanda et pour l'ex-Yougoslavie dans la mesure où il siège dans le pays concerné et où il est composé de procureurs et de juges locaux et internationaux.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.