Après Bagdad et Erbil, l'ONU s'installe à Bassorah et renforce sa présence humanitaire en Iraq

Après Bagdad et Erbil, l'ONU s'installe à Bassorah et renforce sa présence humanitaire en Iraq

media:entermedia_image:89774562-b320-492b-9a01-f311865f4991
Avec l'arrivée d'une équipe à Bassorah, l'ONU qui avait rétabli, jeudi dernier, une présence humanitaire internationale à Bagdad, porte à 100 personnes le nombre de son personnel humanitaire international en Iraq.

Après Bagdad et Erbil, le Coordonnateur humanitaire pour l'Iraq, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont envoyé, hier, une équipe de 25 personnes à Bassorah, ville iraquienne d'un million d'habitants située dans le Sud de l'Iraq et lourdement éprouvée par la guerre.

En outre, du personnel supplémentaire envoyé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS)et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) devait arriver aujourd'hui dans cette ville.

Au cours d'une cérémonie symbolique d'inauguration des locaux aujourd'hui, le Coordonnateur humanitaire de l'ONU pour l'Iraq, Ramiro Lopes da Silva a indiqué qu'il rencontrerait, dans les prochains jours, des responsables iraquiens dans les ministères de façon à leur permettre de guider l'ONU dans son évaluation des besoins les plus urgents.

M. Lopes da Silva a précisé également qu'il avait l'intention d'établir des relations de collaboration avec le Bureau pour la reconstruction et l'aide humanitaire mis en place par les Etats-Unis. "Notre objectif n'est pas de remplacer l'administration du pays mais de combler les vides, non de dupliquer les efforts", a-t-il souligné.

Les locaux de l'ONU à Bagdad ont été sérieux endommagés, signale enfin le porte-parole de l'ONU à New York. Sur les cinq bâtiments qui abritaient le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'Union internationale des télécommunications (UIT), Programme de l'ONU pour les établissements humains (ONU-HABITAT) et le Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), quatre ont brûlé et tous ont été vidés de leur contenu. « Mobilier, équipement, portes et fenêtres, tout est parti », a indiqué le porte-parole.