Le Conseil de sécurité invité à renforcer encore sa responsabilité dans les situations d'après conflit

30 avril 2003

Des appels ont été lancés, aujourd'hui au Conseil de sécurité qui débattait du rôle des Nations Unies dans les situations d'après conflit, pour que soit reconnue l'ampleur de l'expérience de l'ONU dans ce domaine et qu'elle ne soit pas confinée à un rôle de conseil.

Des appels ont été lancés, aujourd'hui au Conseil de sécurité qui débattait du rôle des Nations Unies dans les situations d'après conflit, pour que soit reconnue l'ampleur de l'expérience de l'ONU dans ce domaine et qu'elle ne soit pas confinée à un rôle de conseil.

Le Président du Conseil Adolfo Aguilar Zinser a insisté sur la nécessité de renforcer la responsabilité primordiale des Nations Unies en matière de prévention des conflits, de rétablissement de la sécurité, de la primauté du droit et des institutions ainsi que de protection des droits de l'homme. Il est nécessaire de formuler des propositions concrètes sur la façon dont l'ONU peut le mieux aider les pays sortant de conflits, a indiqué M. Zinser qui sera remplacé à la présidence du Conseil, en mai, par l'ambassadeur du Pakistan, M. Munir Akram.

L'ONU ne doit pas être confinée dans un rôle de conseil, a, pour sa part, estimé le Président de l'Assemblée générale, Jan Kavan. Les expériences au Kosovo et au Timor montrent qu'il est nécessaire d'avoir une stratégie d'ensemble avant d'entreprendre des réformes politiques et économiques, a-t-il indiqué ajoutant que, quelles que soient les limites réelles ou supposées des Nations Unies, elles étaient la seule institution disposant de l'expérience sur le terrain et du personnel lui permettant de gérer des situations d'après conflit.

Le Président du Conseil économique et social (ECOSOC), Gert Rosenthal, a quant à lui insisté sur la complémentarité du Conseil et de l'ECOSOC qui "reflètent les deux colonnes sur lesquelles a été édifiée l'ONU, le maintien de la paix et le développement économique et social". Il a appelé à renforcer les liens entre les deux secteurs.

Les quinze membres du Conseil ont participé au débat de même que les représentants de l'Afrique du Sud, du Brésil, du Canada, de l'Egypte, de la Géorgie, de la Grèce, de l'Indonésie et du Japon.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.