Le Procureur des Tribunaux de l'ONU se prononce pour une meilleure coopération dans l'arrestation des responsables présumés de crimes de guerre

30 octobre 2002

Il faudrait que les pays fassent preuve d'une meilleure coopération avec les Tribunaux des Nations Unies dans l'arrestation des responsables présumés de crimes de guerre. C'est ce qu'a déclaré hier au Conseil de sécurité Carla del Ponte, Procureur des Tribunaux de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda.

Il faudrait que les pays fassent preuve d'une meilleure coopération avec les Tribunaux des Nations Unies dans l'arrestation des responsables présumés de crimes de guerre. C'est ce qu'a déclaré (en anglais) hier au Conseil de sécurité Carla del Ponte, Procureur des Tribunaux de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda.

Affirmant qu'elle avait l'intention d'achever les procédures de mises en examen d'ici à 2004, Mme. del Ponte a indiqué que son travail dépendait en large mesure du bon vouloir des Etats. "Sans la mise sous verrous rapide des inculpés et sans l'accès total aux dossiers de ceux-ci, il nous sera impossible de déterminer le rythme de nos activités", a-t-elle déclaré.

Ont également pris la parole au cours de la séance à huis clos le Président du Tribunal pénal international de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Claude Jorda, et la Présidente du Tribunal pénal international de l'ONU pour le Rwanda (TPIR), Navanethem Pillay.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.