Le HCR affirme que la reprise des combats au Libéria provoque un nouvel afflux de réfugiés en Sierra Leone

Le HCR affirme que la reprise des combats au Libéria provoque un nouvel afflux de réfugiés en Sierra Leone

media:entermedia_image:c06b5960-fd4c-4426-bf1b-1265c11a6293
L'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR) a affirmé que la reprise des combats au Libéria avait provoqué l'arrivée de plus de 3 000 réfugiés en Sierra Leone voisine. Ce nouvel afflux porte à 16 000 le nombre de réfugiés libériens qui vivent dans des conditions précaires le long de la frontière entre les deux pays.

Comme lors d'arrivées précédentes, la plupart des réfugiés sont des femmes et des enfants en mauvaise condition physique. Le HCR a commencé à les éloigner de la zone frontalière vers des régions plus sûres à l'intérieur du pays.

Les réfugiés font état de nouveaux combats entre forces gouvernementales et rebelles libériens autour de la ville de Kolahoun.

Par ailleurs, le HCR signale qu'une équipe humanitaire inter-agences de l'ONU qui voulait évaluer la situation en Côte d'Ivoire, a dû rebrousser chemin aux portes d'Abidjan pour des raisons sécuritaires. Le HCR affirme que la situation humanitaire se détériore dans la capitale ainsi qu'à Bouaké, deuxième ville du pays.

Enfin, le HCR précise qu'à la suite de la levée des restrictions imposées par les autorités soudanaises, il a pu reprendre les opérations de rapatriement volontaires des réfugiés érythréens installés au Soudan. Ceux-ci avaient dû être suspendues brièvement pour des raisons sécuritaires.