Le chef de Gouvernement indien affirme que les maux de notre temps compromettent l'avenir des jeunes générations

13 septembre 2002
Le Premier Ministre indien M. Vajpayee

Le Premier ministre de l'Inde, Shri Atal Bihari Vajpayee, a affirmé aujourd'hui à l'Assemblée générale que les maux dont souffre actuellement notre planète risquent de compromettre l'avenir des jeunes générations.

Le Premier ministre de l'Inde, Shri Atal Bihari Vajpayee, a affirmé aujourd'hui à l'Assemblée générale que les maux dont souffre actuellement notre planète risquent de compromettre l'avenir des jeunes générations.

"La pauvreté, la dégradation de l'environnement et les disparités économiques menacent la stabilité et la paix", a-t-il dit, en invitant la communauté internationale à examiner les besoins légitimes des pays en développement.

Le Premier ministre indien a réitéré le désir de paix de sons pays, et souligné qu'il ne cherchait aucunement à annexer des territoires.

Le premier ministre du Japon, Junichiro Koizumi, a réaffirmé la volonté de son pays de contribuer aux efforts de reconstruction économique et de consolidation de la paix des pays détruis par les conflits civils. Le Japon a participé à la reconstruction des sociétés du Timor oriental, de l'Afghanistan, et continuera de soutenir les réformes instaurées par l'Autorité palestinienne, a-t-til précisé.

Le Premier ministre italien, Silvio Berlusconi, a estimé que pour vaincre le terrorisme international la communauté internationale devait mondialiser les concepts de liberté et de démocratie et promouvoir le développement économique durable. A son avis, le continent africain doit être inclus dans les efforts qui visent à aider les pays à connaître un véritable développement sans frontières".

Le terrorisme et ses manifestations faisaient partie du cadre de vie quotidien de son pays, a souligné le Président colombien Alvaro Uribe Velez, qui a rappelé que des milliers de personnes ont été enlevées, tuées, rançonnées, ou intimidées au cours des dernières années.

M. Uribe a réaffirmé la détermination de son gouvernement de rétablir un environnement sûr dans le pays, dans le but de "protéger chaque citoyen au sein d'une société pluraliste et ouverte au dialogue".

Ont également participé au débat le Président Milan Kucan de Slovénie, ainsi que les ministres des affaires étrangères de l'Australie et de la Suisse.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.