Le conseiller de l'ONU pour l'Afrique affirme que les risques d'un retour à la guerre en Angola sont "minimes"

23 avril 2002

Ibrahim Gambari, conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique, a affirmé aujourd'hui que les risques d'un retour à la guerre en Angola étaient "minimes".

Intervenant à l'occasion d'une séance publique du Conseil de sécurité, M. Gambari a estimé toutefois qu'afin de rendre le processus de paix irréversible, il fallait remplir quatre conditions majeures: cantonner le plus rapidement possible les soldats du mouvement d'opposition de l'UNITA; satisfaire sans tarder les besoins humanitaires de leurs familles; promouvoir la réconciliation et la reconstruction nationales, et permettre à l'UNITA de revenir sur le devant de la scène comme un parti politique unifié et un interlocuteur crédible dans le processus de paix en Angola.

M. Gambari a souligné qu'il appartenait à l'ONU d'apporter son concours à la satisfaction de nombre de ces conditions.

Les membres du Conseil ont poursuivi l'examen de la situation en Angola lors d'une séance à huis clos.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.