Ouganda : 54 cas confirmés d’Ebola dont 39 décès et la confirmation d’un cas à Kampala – OMS

L'Ouganda connait sa première irruption d'Ebola depuis plus de dix ans
© WHO
L'Ouganda connait sa première irruption d'Ebola depuis plus de dix ans

Ouganda : 54 cas confirmés d’Ebola dont 39 décès et la confirmation d’un cas à Kampala – OMS

Santé

Alors que la capitale ougandaise, Kampala, a enregistré son premier décès dû au virus Ebola, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a fait état, mercredi, de 54 cas confirmés et 20 probables, avec 39 décès, et 14 personnes rétablies.

La victime est la 19ème personne à mourir de l’épidémie, bien que 20 autres décès aient été classés comme « probables ». Selon les autorités sanitaires ougandaises, après avoir développé les symptômes, l’homme s’est enfui de son village et a rendu visite à un guérisseur traditionnel dans une autre région.

Il est décédé à l’hôpital national de référence de Kiruddu vendredi dernier, mais son décès n’a été confirmé que mardi. Selon l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, plus de 660 contacts sont actuellement sous suivi actif.

« L’OMS continue d’aider le gouvernement à faire face à une flambée de la maladie d’Ebola dans cinq districts », a déclaré lors d’un point de presse hebdomadaire, le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Notre objectif principal est maintenant d’aider le gouvernement de l’Ouganda à contrôler et à contenir rapidement cette épidémie d’Ebola, afin d’éviter qu’elle ne se propage aux districts et aux pays voisins », a ajouté le chef de l’OMS.

L’essai d’un vaccin contre la souche soudanaise d’Ebola pourrait commencer dans quelques semaines

Pour éviter une propagation de l’épidémie dans les pays limitrophes, une réunion d’urgence de haut niveau a réuni, mercredi à Kampala, la capitale ougandaise, les ministres de la Santé de 11 pays africains pour discuter de la collaboration transfrontalière en matière de préparation et de réponse à la maladie d’Ebola.

Selon l’OMS, l’objectif de cette réunion est de renforcer et d’améliorer la collaboration et la coordination pour la préparation et la réponse transfrontalières à l’épidémie d’Ebola et à d’autres urgences de santé publique.

Au cours de cette rencontre, le chef de l’OMS a indiqué qu’un essai clinique de vaccins susceptibles de combattre la souche soudanaise d’Ebola à l’origine de l’épidémie en Ouganda pourrait débuter dans les semaines à venir.

Dans une allocution virtuelle prononcée lors de cette réunion, le Dr. Tedros a déclaré que plusieurs vaccins étaient en cours de développement pour lutter contre la souche soudanaise. Deux de ces vaccins « pourraient faire l’objet d’essais cliniques en Ouganda dans les semaines à venir, sous réserve des autorisations réglementaires et autres du gouvernement ougandais ».

Contrôler rapidement l’épidémie afin de protéger l’Ouganda et ses voisins

L’objectif principal de l’OMS est maintenant de « contrôler et de contenir rapidement cette épidémie afin de protéger les districts voisins ainsi que les pays voisins ». Le Dr. Tedros n’a pas donné de détails sur les vaccins devant faire l’objet d’essais, notamment leur nom ou les entreprises qui les ont développés.

« Malheureusement, les vaccins contre le virus Ebola qui ont été si efficaces pour contrôler les récentes épidémies en RDC ne sont pas efficaces contre le type de virus Ebola qui est responsable de l’épidémie actuelle en Ouganda », a conclu le chef de l’OMS.

Jusqu’à présent, l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU a débloqué 2 millions de dollars de son Fonds de secours pour les urgences et travaille avec ses partenaires pour soutenir le ministère de la Santé en envoyant des spécialistes, des fournitures et des ressources supplémentaires.

Pour aider les pays voisins de Kampala à se préparer, l’OMS a également débloqué 3 millions de dollars supplémentaires sur le Fonds de secours pour les urgences.