L’ONU appelle à réinventer le tourisme pour un avenir durable

Un touriste dans l'Etat de l'Arizona, aux Etats-Unis.
ONU Info/Elizabeth Scaffidi
Un touriste dans l'Etat de l'Arizona, aux Etats-Unis.

L’ONU appelle à réinventer le tourisme pour un avenir durable

Développement durable (ODD)

A l’occasion de la Journée mondiale du tourisme, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé mardi à « réinventer » le tourisme pour construire ensemble « un avenir plus durable, plus prospère et plus résilient pour toutes et tous ».

Selon le chef de l’ONU, cette journée est l’occasion de faire valoir l’immense potentiel du tourisme en tant qu’instrument d’inclusion, de protection de la nature et d’échange entre les cultures.

« Moteur du développement durable, le tourisme favorise l’éducation et l’émancipation des femmes et des jeunes tout en stimulant le développement socioéconomique et culturel. Il joue un rôle essentiel dans les systèmes de protection sociale, fondements de la résilience et de la prospérité des sociétés », a dit le Secrétaire général dans un message.

Investir dans le tourisme durable

« Il nous faut investir dans un tourisme propre et durable, réduire l’empreinte énergétique du secteur, adopter des feuilles de route vers zéro émission et protéger la biodiversité. Nous devons créer des emplois décents et veiller à ce que les profits générés soient mis au service des pays de destination et des populations locales », a-t-il ajouté.

Selon lui, les États, les entreprises et les consommateurs doivent adapter leurs pratiques en tenant compte des objectifs de développement durable et de l’impératif de limiter le réchauffement à 1,5° Celsius. « Il en va de l’avenir du secteur et de la survie de nombreuses destinations touristiques, notamment les petits États insulaires en développement », a estimé M. Guterres.

Il a jugé qu’une première étape majeure a été franchie cette année à la Conférence des Nations Unies sur les océans, à l’occasion de laquelle la communauté internationale et l’industrie du tourisme se sont engagées à élaborer d’ici à 2024 un accord juridiquement contraignant sur la pollution plastique.

Le tourisme dans la ville Stone Town dans l'île de Zanzibar est au point mort.
Photo ONU Info/Assumpta Massoi
Le tourisme dans la ville Stone Town dans l'île de Zanzibar est au point mort.

Forte demande

De son côté, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a indiqué que le tourisme international est de retour à 60% des niveaux d’avant la pandémie sur la période janvier-juillet 2022.

Selon le dernier Baromètre OMT du tourisme mondial, les arrivées de touristes internationaux ont presque triplé de janvier à juillet 2022 (+172 %) par rapport à la même période de 2021.

L’OMT estime que la reprise régulière reflète la forte demande refoulée de voyages internationaux ainsi que l'assouplissement ou la levée des restrictions de voyage à ce jour (86 pays n'avaient aucune restriction liée à la COVID-19 au 19 septembre 2022).

« Le tourisme continue de se redresser régulièrement, mais plusieurs défis demeurent, de la géopolitique à l'économie. Le secteur redonne espoir et opportunités aux gens du monde entier. C'est aussi le moment de repenser le tourisme, où il va et comment il impacte les gens et la planète », a déclaré le Secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili.