Une vue de la salle de l'Assemblée générale des Nations unies avant l'ouverture de l'Instance permanente sur les questions autochtones (UNPFII).

Les projets d'extraction causent des dommages irréparables aux cultures, aux langues et aux vies autochtones

Photo ONU/Manuel Elias
Une vue de la salle de l'Assemblée générale des Nations unies avant l'ouverture de l'Instance permanente sur les questions autochtones (UNPFII).

Les projets d'extraction causent des dommages irréparables aux cultures, aux langues et aux vies autochtones

Droits de l'homme

   La croissance explosive des opérations extractives dans le monde se déroule souvent sur les terres des peuples autochtones sans leur consentement, causant des dommages irréparables à leurs moyens de subsistance, leurs cultures, leurs langues et leurs vies, ont déclaré des orateurs à l'Instance permanente sur les questions autochtones lundi. Celle-ci a ouvert sa session de 2022 en lançant des appels au respect de leur consentement libre, préalable et éclairé sur des décisions existentielles qui déracinent leurs communautés.

Réunis dans la salle de l'Assemblée générale des Nations Unies pour la première fois en trois ans, les représentants autochtones ont été accueillis lors d'une cérémonie traditionnelle dirigée par Katsenhaienton Lazare, du clan de l'Ours, Mohawk des Haudenosaunee, qui a reconnu la nature dans sa grande diversité - les vents, les tonnerres, les éclairs, le soleil et les autres forces vitales - qui donnent un but et une protection à l'humanité, avant d'invoquer les générations d'ancêtres traditionnels qui ont encore beaucoup à offrir aux sociétés d'aujourd'hui.

Cette invocation s'inscrivait dans le cadre du thème de la vingt et unième session de l'Instance - « Peuples autochtones, entreprises, autonomie et principes des droits de l'homme relatifs à la diligence raisonnable, y compris le consentement préalable, libre et éclairé » - et du lancement de la Décennie internationale des langues autochtones, 2022-2032.

Une infinité d'histoires sacrées 

Dans son discours d'ouverture, le président de l'Instance, Darío José Mejía Montalvo, de Colombie, a déclaré que le thème 2022 touche aux visions du cosmos grâce auxquelles les peuples autochtones ont développé leurs systèmes d'alimentation, de culture et de coexistence avec la nature sur leurs territoires.

« Nous partageons une relation holistique avec la nature, où les droits ne sont pas anthropocentriques », a-t-il expliqué. « Une infinité d'histoires et de récits sacrés sous-tendent nos visions du monde ».

Les ancêtres aussi ont des droits - y compris celui d'exister - car leur tâche est pérenne dans la préservation de la vie.  Ces pratiques ancestrales maintiennent la vie sous toutes ses formes, dans la dignité.  

C'est pourquoi, selon lui, la question de savoir si les connaissances autochtones sont scientifiques est « dénuée de sens » : les notions de vie, d'énergie et de spiritualité sont synonymes.  Les séparer d'un point de vue économique, religieux ou autre mène à la confusion, aux disputes et aux affrontements inutiles.  

La communauté autochtone Arhuacos en Colombie récolte la canne à sucre.
UNODC/Laura Rodriguez Navarro
La communauté autochtone Arhuacos en Colombie récolte la canne à sucre.

Bafouer les consentements préalables

Selon lui, si les droits des peuples autochtones à l'autodétermination, à la terre, aux ressources et, surtout, au consentement libre, préalable et éclairé sont garantis par les normes internationales, ces droits ne sont souvent pas appliqués, même dans les pays où ils sont légalement reconnus.  Au contraire, ils sont régulièrement violés lors de l'octroi de contrats d'exploitation forestière, de bois d'œuvre, de mines et de méga-barrages.

Le pillage de leurs ressources, la perte de leurs modes de vie, de leurs cultures et de leurs langues, ainsi que la disparition et le meurtre de leurs dirigeants sont les résultats d'activités commerciales néfastes.

M. Mejía Montalvo a déclaré que si la matrice énergétique actuelle n'est pas modifiée, l'extermination des peuples autochtones se poursuivra, de même que l'expropriation de leurs terres et la mise à l'écart de leurs droits.  

Il a exhorté les États à contribuer à l'élaboration d'un instrument juridiquement contraignant pour réglementer les activités commerciales transnationales - un instrument qui adhère aux droits de l'homme internationaux et comprend des dispositions explicites pour les droits des peuples autochtones sur leurs terres, leur territoire et leurs ressources, et pour leur consentement libre, préalable et éclairé sur les décisions qui les concernent.

Il a décrit la Déclaration sur les droits des peuples autochtones et la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail (OIT) comme des « règles fondamentales » à cet égard, et a averti que les industries, de la mode et des médias aux textiles, en passant par la production alimentaire et pharmaceutique, perpétuent des « modèles d'économie d'enclave », qui exproprient les peuples autochtones de leurs connaissances et de leurs pratiques. 

« Tous ces efforts doivent être liés entre eux et intensifiés », a-t-il déclaré.

Une femme indigène guarani de la communauté Tentaguasu du Chaco bolivien tissant avec des feuilles de palmier, décembre 2021.
PAM Bolivia/Ananí Chavez
Une femme indigène guarani de la communauté Tentaguasu du Chaco bolivien tissant avec des feuilles de palmier, décembre 2021.

Les modèles traditionnels montrent la voie

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, a déclaré que, depuis des générations, les communautés autochtones ont donné la priorité à une relation avec la nature - fondée sur la parenté, axée sur la réciprocité et imprégnée de révérence. 

« En imitant leur exemple à plus grande échelle, nous pouvons préserver la riche biodiversité et les divers paysages de la Terre », a affirmé M. Shahid.  

Il a fait remarquer que les populations autochtones représentent moins de 5 % de la population mondiale et protègent pourtant 80 % de la biodiversité mondiale, soulignant qu'une grande diversité linguistique se produit là où les conditions de la diversité biologique prospèrent.  « C'est la richesse de l'une qui soutient l'autre », a-t-il expliqué.

Tweet URL

M. Shahid a déclaré qu'il existe de plus en plus de preuves scientifiques que les langues autochtones, riches en traditions orales, offrent des preuves d'événements survenus il y a des milliers d'années.

« En préservant et en promouvant ces langues, nous préservons et promouvons une partie importante de notre patrimoine humain, de notre identité et de notre appartenance », a-t-il déclaré.  « Nous avons l'obligation de veiller à ce qu'elles puissent participer aux travaux des Nations Unies et en bénéficier ».

S'adressant également aux participants, le Président du Conseil économique et social des Nations Unies, Collen Vixen Kelapile, a déclaré que l'avis des experts du Forum - en tant qu'organe consultatif du Conseil - est crucial pour mettre en lumière les questions clés qui touchent les peuples autochtones. 

Il a déclaré que le Forum politique de haut niveau sur le développement durable - qui se tiendra en juillet et qui comprendra les examens nationaux de 45 États membres - offrira une occasion importante pour les peuples autochtones de présenter leurs connaissances traditionnelles sur la biodiversité, le changement climatique et la gestion de l'environnement.  

M. Kelapile a exhorté les États membres à solliciter leur participation, ajoutant : « J'attends avec impatience vos recommandations qui devraient être intégrées dans les différentes plateformes du Conseil ».

Gérer le plus, posséder le moins

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales, Liu Zhenmin, dans un message délivré par la Sous-Secrétaire générale pour la coordination des politiques et des affaires inter-agences, Maria-Francesca Spatolisano, a souligné que les peuples autochtones revendiquent et gèrent traditionnellement plus de 50 % des terres de la planète, mais n'en possèdent légalement que 10 %.  

En conséquence, 40 % de la surface terrestre - cinq milliards d'hectares - restent vulnérables à l'accaparement des terres et à la destruction de l'environnement.  Lorsque les communautés indigènes résistent à ces actions, elles sont souvent confrontées à des représailles extrêmes. 

Il a cité une analyse de 2020 révélant que 331 défenseurs des droits de l'homme ont été tués - dont 26 % alors qu'ils défendaient les droits des populations autochtones - qualifiant ces chiffres d' « alarmants ».

Les entités de l'ONU travaillent ensemble pour améliorer leur réponse, a-t-il dit, en renforçant leur engagement avec les équipes de pays et en cherchant des moyens de renforcer la participation des populations autochtones aux processus de l'Organisation.