Le secteur du tourisme pourrait perdre plus de 4.000 milliards de dollars en raison de l'impact de la Covid-19

30 juin 2021

L'effondrement du tourisme international dû à la pandémie de coronavirus pourrait entraîner une perte de plus de 4.000 milliards de dollars pour le PIB mondial sur les années 2020 et 2021, selon un rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et de l'Organisation mondiale du tourisme publié mercredi.

Le rapport conjoint indique que le tourisme international et les secteurs qui en dépendent ont subi une perte estimée à 2.400 milliards de dollars en 2020 en raison des impacts directs et indirects d'une forte baisse des arrivées de touristes internationaux.

Une perte similaire pourrait être enregistrée cette année encore, prévient le rapport, qui précise que la reprise du secteur du tourisme dépendra en grande partie de la distribution massive de vaccins contre la Covid-19 à l'échelle mondiale.

« Le monde a besoin d'un effort global en faveur de la vaccination qui permettra de protéger les travailleurs, d'atténuer les dommages sociaux et de prendre des décisions stratégiques concernant le tourisme, en tenant compte des changements structurels potentiels », a déclaré Isabelle Durant, Secrétaire générale par intérim de la CNUCED.

« Le tourisme est une bouée de sauvetage pour des millions de personnes. Faire progresser la vaccination pour protéger les communautés et soutenir un redémarrage en toute sécurité du tourisme est essentiel pour la reprise du travail et la génération de revenus bien nécessaires, en particulier dans les pays en développement, qui sont pour beaucoup fortement dépendants du tourisme international », a déclaré pour sa part, le Secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili.

Cette estimation des pertes renvoie à l'impact direct de la pandémie sur le tourisme et à son effet d'entraînement sur d'autres secteurs qui en dépendent.

Les pays en développement pâtissent de l'inégalité dans l’accès aux vaccins

La vaccination contre la Covid-19 étant largement déployée dans certains pays et peu dans d'autres, le rapport relève que les pertes touristiques sont réduites dans la plupart des pays développés mais détériorées dans les pays en développement.

Les taux de vaccination contre la Covid-19 sont inégaux selon les pays, soit à moins de 1% de la population dans certains pays comparés à plus de 60% dans d'autres.

Selon le rapport, ce déploiement asymétrique des vaccins amplifie le choc économique sur le tourisme dans les pays en développement. Il pourrait représenter jusqu'à 60% des pertes dans le PIB mondial.

Le secteur du tourisme devrait se rétablir plus rapidement dans les pays où les taux de vaccination sont élevés, comme la France, l'Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis, indique le rapport.

Mais, selon l'OMT, les experts ne s'attendent pas à retrouver les niveaux du nombre d'arrivées de touristes internationaux d'avant la crise de la Covid-19 avant 2023, voire plus tard.

Les principaux obstacles sont les restrictions au voyage, la lenteur de l'endiguement du virus, la faible confiance des voyageurs et un environnement économique médiocre.

Jusqu'à 2.400 milliards de dollars de pertes attendues en 2021

Un rebond du tourisme international est attendu au second semestre de cette année, mais le rapport de la CNUCED fait toujours état d'une perte comprise entre 1.700 et 2.400 milliards de dollars en 2021, par rapport au niveau de 2019.

Selon le rapport, la réduction du tourisme entraîne une hausse de 5,5% du chômage de la main-d'œuvre non qualifiée en moyenne, avec une forte variance de 0 à 15%, selon l'importance du tourisme pour l'économie.

La main-d'œuvre représente environ 30% des dépenses des services touristiques, tant dans les économies développées que dans les économies en développement. Les barrières à l'entrée dans le secteur, qui emploie de nombreuses femmes et de jeunes salariés, sont relativement faibles.

En juillet 2020, la CNUCED a estimé qu'une mise à l’arrêt de quatre à douze mois du tourisme international coûterait à l'économie mondiale entre 1.200 et 3.300 milliards de dollars, y compris en prenant en compte les pertes indirectes.

Mais les pertes sont plus importantes que prévu, car même le scénario le plus pessimiste présenté par la CNUCED en 2020 s'est avéré optimiste, le nombre de voyages internationaux restant faible plus de 15 mois après le début de la pandémie.

Selon l'OMT, le nombre d’arrivées de touristes internationaux a diminué d'environ 1 milliard, soit de 74%, entre janvier et décembre 2020. Pour le premier trimestre de 2021, le baromètre du tourisme mondial de l'OMT prévoit une baisse de 84%.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.