Mali : l’ONU condamne fermement les amputations de civils à Gao 

14 mai 2021

La Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) a exprimé, jeudi, ses vives préoccupations concernant des cas d’amputation, survenus le 2 mai dernier, de mains et de pieds d’au moins trois civils dans la région de Gao.

Les trois victimes, des présumés coupeurs de route, avaient été capturés par des membres présumés du Groupe État Islamique au Grand Sahara dans le village de Tin-Hama, dans le cercle d’Ansongo.

« De tels châtiments corporels exécutés par des groupes armés en dehors de tout cadre légal sont de graves atteintes aux droits de l’homme, y compris le droit de tout être humain à un procès juste et équitable devant un tribunal régulièrement constitué », a déclaré le Chef de la MINUSMA, El-Ghassim Wane, qui a fermement condamné « ces actes ignobles ».

Je condamne fermement ces actes ignobles.
- El-Ghassim Wane, Chef de la MINUSMA

« Ces abus sont notamment punis par le droit malien », a ajouté M. Wane qui est aussi Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU au Mali.

Ces développements rappellent les horreurs qui ont marqué la crise de 2012 et devraient interpeller tous les acteurs de lutte contre l’impunité au Mali, a fait remarquer la MINUSMA dans un communiqué. 

Lutte contre l’impunité 

La Mission onusienne, qui œuvre à renforcer la lutte contre l’impunité sous toutes ses formes auprès des autorités maliennes, a rappelé que « les atteintes à l’intégrité physique ainsi que les traitements cruels, inhumains et dégradants ne constituent en aucun cas une solution acceptable au regard du droit international et ne sont pas des actes constructifs pour la justice et la paix ».  

« Je réitère la disponibilité de la MINUSMA à soutenir les enquêtes en cours des autorités maliennes pour combattre l’impunité et veiller à ce que les auteurs de ces actes soient traduits devant la justice », a conclu M. Wane.

La Mission onusienne mène aussi actuellement une série d’enquêtes sur ces faits et allégations de graves atteintes aux droits de l’homme et poursuit ses efforts de protection des civils en déployant d’importants moyens sécuritaires dans les zones concernées, conformément à son mandat.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : la MINUSMA alerte sur la hausse des exactions contre les civils au centre du pays

Plus de 421 cas de meurtres, exécutions sommaires, enlèvements, viols, atteintes à l’intégrité physique, intimidations et menaces ont été documentés au Mali, entre le 1er janvier et le 31 mars 2021, alors que 106 personnes dont cinq enfants et six femmes, ont été tuées, selon le rapport trimestriel de la mission de paix de l'ONU dans le pays publié mercredi.