Yémen : la paix est le seul moyen de résoudre la crise, souligne le chef de l'humanitaire de l'ONU

12 mai 2021

La paix est « le seul moyen » de résoudre la crise au Yémen, a déclaré, mercredi, le chef de l'humanitaire de l'ONU au Conseil de sécurité.

Mark Lowcock, qui est, par ailleurs, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, a déclaré par vidéoconférence que la guerre est « à l'origine du risque de famine, de la propagation des maladies et de l'effondrement économique ».

Alors que des millions de personnes sont au bord de la famine et que la Covid-19 balaie le pays, « davantage de violence est la dernière chose dont le Yémen a besoin », a-t-il déclaré, appelant à un cessez-le-feu national « dès maintenant ».

Alléger les souffrances des Yéménites

La crise humanitaire piège les Yéménites dans une « spirale descendante implacable », a ajouté M. Lowcock, soulignant que la famine « rôde dans le pays », que la Covid-19 pousse le système de santé à l'effondrement et que la guerre incessante « aggrave considérablement tout le reste ».

« Je tiens à préciser que la famine, les maladies et autres misères ne sont pas simplement » en train de se produire « au Yémen », a-t-il déclaré, « la guerre les impose ».

Un cessez-le-feu, l'ouverture des ports et de l'aéroport de Sanaa, contribueraient « grandement à soulager les souffrances de la population », a expliqué le responsable de l'ONU, ajoutant que ces mesures pourraient également mettre le pays « sur la voie d'une paix plus durable ».

Comme l'exige le droit humanitaire international, il a souligné la nécessité de protéger les civils tout en réaffirmant l'importance de l'accès humanitaire.

« Fournir une réponse fondée sur les besoins et les principes à travers le Yémen reste une priorité absolue pour les agences et les donateurs », a déclaré le Coordinateur humanitaire.

Une course apparemment sans fin

Le responsable de l'action humanitaire a souligné que les agences d'aide sont engagées dans une course pour répondre aux besoins les plus graves dans le pays assiégé, pour mettre fin à la famine, pour arrêter la Covid-19 et pour aider les personnes dans les zones de conflit.

« Nous nous dirigeons également vers une falaise fiscale », a-t-il déclaré, affirmant que le plan d'intervention des Nations Unies n'est financé qu'à 34 %.

Plusieurs donateurs clés ayant réduit « drastiquement » leur soutien financier, le sous-financement reste la plus grande menace pour la plus grande opération d'aide au monde, a déclaré M. Lowcock, appelant tous les donateurs à augmenter leur financement.

Effondrement économique

Dans le même temps, alors que la situation économique accélère le risque de famine, il a cité deux mesures immédiates qui peuvent aider à endiguer l'effondrement.

Notant que le rial yéménite se négocie toujours à des niveaux historiquement bas, le chef des opérations de secours a déclaré qu'il devait être renforcé et qu'il fallait assurer « un flux stable et adéquat d'importations commerciales dans tous les ports », ce qui est également la position de longue date du Conseil.

Un père avec ses enfants devant leur tente dans un site de déplacés près de Mareb, au Yémen.
Photo : OIM/Olivia Headon
Un père avec ses enfants devant leur tente dans un site de déplacés près de Mareb, au Yémen.

Mareb dans le collimateur

S'agissant de l'escalade militaire « incessante » et « injustifiable » des forces Houthi ou d'Ansar Allah autour de Mareb, dans le centre du Yémen, l'Envoyé spécial de l'ONU, Martin Griffiths, a déclaré que depuis plus d'un mois, des vis ont été perdues, y compris celles d'enfants et de civils déplacés, perturbant constamment les efforts de paix.

« Plus l'offensive de Mareb se prolonge, plus les risques pour la stabilité générale et la cohésion sociale du Yémen sont élevés », a-t-il averti.

Plaidant en faveur d'un « règlement politique négocié et inclusif » pour mettre fin au conflit, Martin Griffiths a rappelé que la conquête militaire ne mettrait pas fin de manière décisive à la guerre, mais ne ferait qu'alimenter davantage de violence et de troubles.

Enrayer le cycle de la violence

L'envoyé spécial a déclaré qu'un cessez-le-feu à l'échelle nationale permettrait l'acheminement de l'aide humanitaire, le retour des enfants à l'école en toute sécurité, l'ouverture des routes dans de nombreuses régions du pays, ainsi qu'un calme tant attendu par tous les Yéménites.

« Les civils... sont ceux qui souffrent le plus de la militarisation de l'économie », a-t-il déclaré, en demandant instamment que l'aéroport international de Sanaa soit ouvert au trafic commercial et que le carburant et les autres produits de base puissent entrer au Yémen par les ports clés de Hodeïda.

« Les besoins des civils doivent être privilégiés avant tout », a fait valoir Martin Griffiths.

Enfin, l’Envoyé spécial a souligné l'importance de trouver un règlement pacifique, en déclarant qu'au cours des prochaines semaines, il travaillerait avec les parties pour mettre fin aux combats, régler les problèmes humanitaires critiques et reprendre le processus politique. « Je demande à la communauté internationale de redoubler d'efforts pour soutenir cette entreprise », a déclaré

Le temps étant compté, il a évoqué la possibilité d'une rencontre en face à face, en espérant que les participants fassent preuve de la volonté politique de tracer la voie à suivre.

Le haut fonctionnaire de l'ONU a prévenu qu'il « ne peut pas forcer les parties à négocier », affirmant que « c'est leur responsabilité... leur devoir envers le peuple du Yémen ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.