A Beyrouth, le chef du HCR vient témoigner son soutien et sa solidarité

19 août 2020

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a entamé mardi une visite de quatre jours au Liban pour témoigner son soutien et écouter la détresse des personnes libanaises, migrantes et réfugiées touchées par l’explosion dévastatrice survenue il y a quinze jours à Beyrouth.

Des fenêtres de la chambre, ils ne restent plus que les minces cadres. La pièce est à l’air libre, les vitres s’étant brisées en mille morceaux lors de l’explosion. Quelques bouts de verre pendent à une fenêtre. « J’ai peur qu’ils tombent sur les voisins d’en- dessous », confie Odette Bassil.

Cette Libanaise de 73 ans vit avec son mari à Geitawi, un quartier proche de la zone de l’explosion qui a frappé la capitale libanaise le 4 août dernier. Toutes les fenêtres de leur appartement ont été soufflées par l’explosion. « Hier encore, j’ai dû recouvrir les fenêtres car il pleuvait », a expliqué Odette. « Il pleuvait abondamment - un désastre de plus qui s’ajoute encore au précédent ».

Bien qu’elle ait vécu des décennies de conflit et d’instabilité au cours du passé turbulent du Liban, Odette estime que l’explosion a été la pire expérience de sa vie. « Je ne peux pas croire ce qui s’est passé. Avec tout ce que nous avons déjà subi, nous n’avons jamais été aussi terrifiés, fatigués et hystériques que maintenant, je n’en dors pas », a-t-elle confié.

Odette et son mari ont reçu de la part de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) du matériel d’urgence, du bois et des bâches en plastique, pour leur assurer un répit nécessaire.

Le bilan de la tragédie de Beyrouth s’élève à plus de 178 morts ou disparus. Des milliers de personnes ont été blessées et les maisons de quelque 300.000 habitants sont détruites ou endommagées. Etant donné la nature aveugle des destructions, le HCR dirige les ressources et l’assistance vers les lieux où elles sont les plus nécessaires.

M. Grandi effectue depuis mardi une visite au Liban pour réaffirmer la solidarité du HCR et de son engagement à soutenir le pays. « Le peuple du Liban et les réfugiés qu’il accueille depuis des décennies ont besoin d’un soutien international fort en ces temps de souffrance, de crise et d’incertitudes », a déclaré lundi sur Twitter le Haut-Commissaire qui effectue à Beyrouth sa première mission sur le terrain depuis le confinement dû à la pandémie de Covid-19.

Crédit : ONU/Houssam Yaacoub
Une partie des dommages subis après les explosions à Beyrouth.

Soutenir les réfugiés et leurs communautés d’accueil : priorité du HCR au Liban

Les opérations de soutien auprès des communautés libanaises et des réfugiés demeurent une priorité absolue pour le HCR. Par rapport à sa population nationale, le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés au monde.

Au-delà de l’impact immédiat et à plus long terme de l’explosion du 4 août, le HCR est préoccupé par l’effet conjugué d’une grave crise économique et de la pandémie de Covid-19 dans le pays. Ces trois facteurs combinés nuisent aux communautés les plus vulnérables et les plus démunies.

A Beyrouth, le Haut-Commissaire a pu voir de ses propres yeux la réponse en cours dans les quartiers les plus touchés. « Je visite une ville meurtrie dans ses bâtiments, ses cœurs et ses esprits. Une ville et un peuple qui a besoin d’urgence d’aide et d’espoir », a t-il déclaré mardi sur Twitter.

Sur le terrain, le HCR renforce ses efforts de réponse au bénéfice de toutes les communautés touchées par l’explosion à Beyrouth pour fournir une aide immédiate et des abris ainsi qu’assurer des prestations de protection. Avec ses partenaires, l’agence onusienne fournit du matériel d’urgence pour les abris aux personnes les plus touchées parmi les quelque 200.000 foyers qui ont été gravement affectés par les explosions à Beyrouth. Le HCR s’est aussi associé à la Croix-Rouge libanaise pour aider 100.000 personnes dont les foyers ont été endommagés ou détruits par l’explosion. « C’est une course contre la montre que nous devons gagner avant l’hiver », a dit M. Grandi.

Le HCR assure également des prestations d’urgence en termes d’aide psychologique et d’autres mesures d’urgence en matière de protection des personnes touchées.

Au cours de sa visite au Liban, M. Grandi passera en revue la réponse humanitaire globale du HCR dans d’autres régions du pays. Il se rendra dans le nord et dans la plaine de la Bekaa pour constater l’avancée des programmes d’extension de la capacité des lits d’hôpitaux et des unités de soins intensifs que son agence a mis en place dans les hôpitaux publics en réponse à la pandémie de Covid-19. Le HCR intensifie actuellement ce programme, étant donné que les hôpitaux locaux sont débordés.

Le Haut-Commissaire rendra également visite aux réfugiés syriens, qui sont gravement touchés par la crise économique ainsi que par les mesures de prévention et de lutte contre la Covid-19, et qui ont une vie précaire, luttant pour joindre les deux bouts.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Liban : mobilisée, l’ONU demande 565 millions de dollars pour répondre aux besoins de la population de Beyrouth

Les Nations Unies ont lancé un appel de fonds de 565 millions de dollars vendredi pour aider le peuple libanais suite à la double explosion qui a eu lieu dans le port de Beyrouth le 4 août dernier. Ce montant devrait permettre aux Libanais de passer de l'aide d’urgence à la reconstruction, et à plus long terme à la reprise économique.