En pleine crise du Covid-19, la coopération internationale plébiscitée par l’opinion publique

20 avril 2020

Un sondage et des centaines de conversations en ligne organisés par l’ONU depuis le début de l’année montrent un soutien important et croissant de l’opinion publique mondiale à la coopération internationale. Un appui qui a été renforcé dans le contexte de la pandémie de Covid-19. 

Critiqué pour sa faiblesse ou son manque d’efficacité ou tout simplement désigné comme bouc-émissaire responsable de la crise coronavirus, le multilatéralisme n’en est pourtant pas moins plébiscité par les populations du monde.

Les données recueillies dans 186 pays depuis le début de l’année indiquent un soutien important de l’opinion publique mondiale à la coopération internationale, « avec une augmentation significative depuis que le Covid-19 a commencé à se répandre à travers le monde », ont souligné les Nations Unies dans un communiqué publié lundi.

Recueillies à travers des centaines de conversations et un sondage en ligne, les données font partie de l'initiative du 75e anniversaire des Nations Unies (ONU75). 

Selon les premiers résultats des données collectées entre le 1er janvier 2020 et le 24 mars 2020 (*), une écrasante majorité - 95% - des personnes interrogées ont convenu de la nécessité pour les pays de travailler ensemble pour gérer les défis mondiaux, avec une légère augmentation à partir de fin février, alors que le Covid-19 commençait à se répandre dans le monde.

Tous les groupes d'âge et de niveaux d'éducation ont marqué leur soutien. Les idées proposées par les populations du monde entier pour renforcer la coopération internationale comprennent notamment des partenariats plus efficaces avec la société civile et le secteur privé ainsi qu’une plus grande implication des femmes, des jeunes, des peuples autochtones et des groupes vulnérables dans l'élaboration des politiques.

Le climat et l'environnement sont en tête de liste des problèmes qui affecteront le plus l'avenir de l'humanité - avec plus du double des réponses que tout autre problème. Les conflits et la violence viennent en deuxième position et les risques pour la santé en troisième position, ayant fortement augmenté depuis début mars avec l’accélération de la propagation du coronavirus.

La coopération mondiale diminue

Cecilia Cannon est conseillère académique pour l'ONU et fait partie de l'équipe qui a rédigé le rapport ONU75. Dans un entretien accordé à ONU Info, elle note que le Covid-19 est un rappel brutal de la nécessité pour le monde de travailler ensemble, et « un aperçu de la catastrophe mondiale vers laquelle nous marchons tête baissée si nous ne trouvons pas de meilleures façons de travailler ensemble ».

« Même avant que le Covid-19 ne commence à faire des ravages socio-économiques à travers le monde, les défis et les tendances mondiales nécessitant une coopération transfrontalière étaient en augmentation : les déplacements forcés; les nouveaux défis présentés par la technologie; la dégradation de l'environnement; les risques pour la santé, pour n'en nommer que quelques-uns », souligne-t-elle.

L'initiative ONU75, déclare Mme Cannon, se déroule « à un moment où la coopération mondiale diminue et où les gens ne veulent pas dialoguer les uns avec les autres, en particulier avec ceux qui ont des opinions divergentes ». 

« Au niveau mondial, nous voyons cela lorsqu'un désaccord entre les États membres est rapidement qualifié d’échec ou de recul du multilatéralisme, plutôt que comme un élément nécessaire de celui-ci. Et, au niveau local, nous assistons à une polarisation croissante au sein des sociétés », ajoute-t-elle. « Malgré notre connectivité, nos mondes et nos visions du monde deviennent de plus en plus petits, et nous constatons une intolérance, un discours de haine et une polarisation en hausse au sein de nos sociétés ».

L'initiative ONU75 est un effort pour contrer cette tendance et encourager des discussions et des débats sincères, ouverts, respectueux et rigoureux sur les défis mondiaux et sur la manière de les relever.

Dialogues organisés depuis début 2020

Cinq priorités ont émergé des dialogues organisés par l'ONU depuis le début de l’année « avec les peuples des Nations Unies » : la protection de l'environnement, la défense des droits de l'homme, la réduction des conflits, l'égalité d'accès aux services de base et la fin des discriminations.

« Le travail continue pour assurer la commémoration du soixante-quinzième anniversaire de notre Organisation, et pour utiliser ce moment important afin d’amorcer une réflexion sur la coopération multilatérale dont le monde a besoin en ce moment, à la fois pour lutter contre la pandémie en cours et pour réaliser les objectifs à plus long terme pour lesquels l’ONU a été fondée », a souligné le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors de la publication de ces premiers résultats.

Alors que l'ensemble du système des Nations Unies s'unit pour lutter contre la pandémie de coronavirus, l'ONU intensifie également ses efforts pour donner la parole au public mondial dans le cadre de son 75e anniversaire.

A cette occasion, l'ONU met l'accent sur l'écoute des populations à travers le monde, en particulier des jeunes. Au cours des 12 prochains mois, l'équipe ONU75 rassemblera les points de vue du public sur les défis mondiaux et les solutions à apporter sur la façon de relever ces défis via un sondage d'une minute (en 53 langues) et des dialogues - désormais principalement en ligne - organisés par des partenaires du monde entier.

Ces données seront complétées par des sondages représentatifs; des travaux de recherche universitaire; et l'analyse des médias sociaux et traditionnels dans quelque 70 pays. Les résultats seront présentés en septembre 2020, lors de la commémoration officielle du 75e anniversaire de l'ONU.

L'initiative ONU75 se concentrera ensuite sur la meilleure façon de faire avancer les conclusions de ces résultats, avec un rapport final qui sera publié en janvier 2021.

*NOTE :

Les données utilisées ont été recueillies entre le 1er janvier et le 24 mars 2020. Pendant cette période, 35.556 personnes dans 186 États membres de l’ONU ont répondu au sondage en ligne d'une minute, en plus des 5.688 personnes ayant participé via des applications mobiles. Plus de 330 dialogues ont eu lieu dans 87 États membres de l'ONU, donnant lieu à 56 résumés de dialogues issus de 32 pays à avoir été inclus dans cette analyse préliminaire. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Genève, des jeunes plaident pour une ONU plus démocratique, ouverte et participative

Plus de 600 jeunes réunis à Genève ont fait part mardi de leur souhait de voir une ONU plus proche des réalités et des préoccupations des peuples du monde entier, lors d'une conversation avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, dans le cadre du 75e anniversaire de l'Organisation.