Plus de 40 millions de personnes victimes de l’esclavage moderne (OIT)

2 décembre 2019

La commémoration de la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage est axée cette année sur l'éradication des formes contemporaines d'esclavage telles que le travail forcé, la traite des êtres humains, l'exploitation sexuelle, le mariage forcé et le recrutement forcé d'enfants en vue de leur utilisation dans les conflits armés.

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), en 2016, 40,3 millions de personnes étaient victimes de l’esclavage moderne, soit 5,4 personnes pour 1 000. Parmi elles, 24,9 millions étaient victimes du travail forcé et 15,4 millions du mariage forcé.

L’OIT indique que sur les 24,9 millions de personnes réduites au travail forcé, 16 millions sont exploitées dans le secteur privé, comme le travail domestique, la construction ou l’agriculture. En outre, 4,8 millions sont victimes d’exploitation sexuelle, et 4 millions sont astreintes à des travaux forcés imposés par les autorités publiques.

L’Organisation rappelle que l’esclavage moderne implique des situations d'exploitation qu'une personne ne peut refuser ou quitter en raison de menaces, de violence, de contraintes et/ou d'abus de pouvoir.

On estime à plus de 150 millions le nombre d'enfants soumis au travail forcé, soit près d'un enfant sur dix dans le monde.

Les femmes et les filles sont touchées de façon disproportionnée, représentant 99% des victimes dans l'industrie du sexe et 58% dans les autres secteurs.

En novembre 2016, un nouveau protocole juridiquement contraignant de l'OIT est entré en vigueur, qui vise à renforcer les efforts mondiaux en vue d’éliminer le travail forcé.

La campagne 50 pour la liberté vise à convaincre au moins 50 pays de ratifier le Protocole sur le travail forcé d'ici fin 2019.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Traite négrière : l’UNESCO appelle à se mobiliser pour définitivement abolir l’exploitation humaine

A l’occasion de la commémoration vendredi de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, les chefs de l’ONU et de l’UNESCO ont appelé le monde entier à se rappeler de l’horreur de l’esclavage et à se mobiliser pour définitivement abolir l’exploitation humaine.