Les décès se multiplient en Méditerranée centrale avec la dernière tragédie de Lampedusa (OIM)

26 novembre 2019

Vingt et une personnes ont perdu la vie après le naufrage samedi 23 novembre d’une embarcation avec environ 170 personnes à bord, au large de l’île italienne de Lampedusa, a annoncé mardi à Genève l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Selon l’agence onusienne, le drame est survenu lorsque le bateau transportant ces migrants et ces réfugiés a chaviré à 1,6 km de l’île alors qu’il était escorté par les garde-côtes.

Les secours ont retrouvé à ce jour les corps de cinq migrants et au moins 16 autres sont toujours portés disparus. Le processus d’identification des victimes a commencé. Les opérations de secours ont été entravées par le mauvais temps et les conditions de mer difficiles, ont déclaré des responsables de l’OIM

Parmi les 149 survivants se trouvent 26 mineurs, dont certains ont perdu leurs parents dans la tragédie de samedi. Ils se sont entretenus avec le personnel de l’OIM au sujet « des conditions désastreuses et des mauvais traitements qu’ils ont subis en Libye ».

« Les événements de ces derniers jours prouvent une fois de plus que la traversée de la Méditerranée reste extrêmement dangereuse », a déclaré Laurence Hart, Directrice du Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée.

1.136 décès en mer et plus de 96.600 arrivées en Europe par la Méditerranée

Cette tragédie survient alors qu’un pic apparent de départs de réfugiés est observé en Libye. La semaine dernière, au moins 12 bateaux ont été interceptés en mer ou secourus en Méditerranée centrale. « Les témoignages des migrants confirment que la situation en Libye est critique et que beaucoup sont victimes d’abus et de violences. Sauver des vies en mer doit rester la priorité numéro un, et maintenant plus que jamais, il est important d’amener les migrants secourus dans un port sûr », a ajouté Mme Hart.

Le projet de l’OIM sur les migrants disparus a enregistré 45 décès sur la route centrale de la Méditerranée les 22 et 23 novembre. 

La dernière tragédie porte à 1.136 le nombre total de décès enregistrés en Méditerranée en 2019, dont 740 sur la seule route centrale de la Méditerranée (Italie et Malte), qui reste la traversée maritime la plus meurtrière de la planète. Le nombre de décès enregistrés le long des trois principaux itinéraires méditerranéens en date du 24 novembre (1.136) a baissé de moitié par rapport aux 2.188 décès confirmés pendant la même période en 2018.

Selon l’OIM, qui cite des chiffres officiels fournis par le ministère italien de l’Intérieur, 610 migrants sont arrivés par mer en Italie en quatre jours, du jeudi 21 au dimanche 24 novembre. Le nombre total d’arrivées par mer enregistrées à ce jour est de 10.566, contre plus de 23.000 à la même période en 2018.

Cette année, plus de 53.000 et environ 23.000 migrants sont arrivés en Grèce et en Espagne respectivement (plus de 76.000 à elles deux), soit près de trois quarts du total régional de plus de 96.600 arrivées en Europe par la Méditerranée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.