RDC : plus de 800.000 personnes vont recevoir la 2ème dose du vaccin anticholérique au Nord-Kivu

31 octobre 2019

La deuxième phase de la campagne de vaccination orale visant à protéger plus de 835.000 personnes contre le choléra au Nord Kivu, en République démocratique du Congo (RDC) a débuté jeudi, dans cette province endémique au choléra, mais également aux prises avec une épidémie de la maladie à virus Ebola depuis plus d'un an, a indiqué le bureau régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

C’est le ministère congolais de la santé qui a lancé cette vaste campagne, financée entièrement par Gavi - l’Alliance du vaccin - y compris les coûts opérationnels. La mise en œuvre se fait avec l’appui de l’OMS et des partenaires du Groupe spécial mondial de lutte contre le choléra (GTFCC). 

La campagne veut réduire le risque toujours élevé et la persistance de l’épidémie de choléra dans les zones de santé ciblées de Binza, Goma, Karisimbi, Kayna, Kibirizi, Kirotshe et Rutshuru, en ciblant toute personne âgée de 12 mois ou plus avec le vaccin oral.

Ces activités de vaccination de cinq jours (du 30 octobre au 03 novembre), interviennent après la distribution de la première dose en juin 2019, qui ont aussi été financées par Gavi avec le soutien technique et logistique de l’OMS et des partenaires.

Ce premier effort a réussi à atteindre les populations à risque des mêmes sept zones de santé ciblées au cours de ce deuxième tour.

« La deuxième dose du vaccin confère une immunité durable contre le choléra et constitue un des outils essentiels pour maîtriser l’épidémie de choléra », souligne la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, la Dre Matshidiso Moeti. « En cette période décisive où la priorité est de mettre fin à l'épidémie d'Ebola au Nord Kivu, l'OMS renforce sa collaboration avec le Ministère de la Santé pour soutenir la lutte contre toutes les épidémies et urgences sanitaires dans le pays ».

Le Nord Kivu n’est qu’une des 21 provinces touchées luttant contre le choléra. Depuis le début de l’année 2019, les données épidémiologiques fournies par le système national de surveillance indiquent un total cumulé de 22.314 cas suspects de choléra avec 390 décès (taux de létalité : 1,7%), enregistrés dans 159 zones de santé au RDC.

En tant que province endémique bordée par le lac, le Nord Kivu, et plus particulièrement les 7 zones de santé ciblées, sont confrontées à des pénuries fréquentes d’eau potable et aux risques permanents de la propagation du choléra comme c’est le cas en ce moment.

« Il est plus que jamais nécessaire de rappeler l’importance de l’investissement dans l’assainissement de nos milieux, notamment les curages des caniveaux et nettoyage des égouts dans nos villes, en plus de l’augmentation de la couverture en eau potable pour réduire tout risque de voir la population consommer l’eau souillée du lac et qui l’expose au choléra », a indiqué pour sa part le Dr Deo Nshimirimana, Représentant ad intérim de l’OMS en RDC.

Lors de cette campagne, plus de 1170 vaccinateurs, renforcés par 124 mobilisateurs sociaux et 233 superviseurs de proximité vont utiliser la stratégie de ‘porte à porte’ pour immuniser par voie orale les personnes exposées.

Le choléra est une maladie hautement contagieuse transmise par l’eau ou les aliments contaminés. Il provoque une diarrhée et une déshydratation graves qui doivent être traitées immédiatement pour éviter la mort, qui peut survenir en quelques heures.

Au cours de cette année 2019, plus de deux millions de personnes réparties dans les régions du Nord Kivu (Est) et du Kasaï (dans le centre du pays) ont bénéficié de ces vastes campagnes de vaccination à deux tours par voie orale contre le choléra avec l’appui de l’OMS, Gavi et des partenaires du GTFCC.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.